Ce soir, j'ai de nouveau pris conscience de l'étendue de la malsainité de la gent masculine. Mais j'avoue que la fin de la soirée fut tellement mémorable qu'on pourrait presque (oui bon presque) les pardonner.

Plantage de décor... Céci et moi rejoignons Charlène a MacDo, ses copains étaient pressés, visiblement de pas très bonne humeur... Bref le sort a voulu que le chemin de ces types et le notre soient différents. Jusque là me direz-vous, rien de bien intéressant. Et non, en effet. Rien

Nous atterrissons donc dans un petit bar sympa (et bondé) dans lequel nous nous racontons nos histoires (avec les mecs...) pour finalement s'apercevoir que celui qui draguait l'une aujourd'hui avait dragué l'autre la veille, et que celui avec qui l'une sortait la semaine dernière s'était pris un râteau par une autre la semaine d'avant. Bref de la folie. Je vous le demande messieurs, et spécialement vous, messieurs les paranoïaques, jusqu'où irez vous?

Sachez que nous sommes dotées de la faculté de nous raconter des anecdotes. Et que nous nous faisons un malin plaisir de nous en servir. Alors je vous le dis (et la je ne vise pas la gent masculine mais plutôt les deux cons dont il est question, qui finiront par atterrir ici.), vous êtes des abrutis, doublés de pauvres garçons, et on vous souhaite bien de l'ennui, en Inde ou ailleurs, avec ou sans chien. Nous en tout cas, on s'est finalement bien marrées.

Et encore, la soirée ne s'arrête pas là....

(demain j'écrirai la suite. J'suis crevée, j'ai un pc à réinstaller. LOL )

Je voudrais simplement profiter du fait que ces messieurs ne me liront jamais, pour saluer sans aucun ordre, Sébastien, David, Olivier et Jérémie, pour nous avoir permis de nous poiler.