Chers lecteurs, cet article s'adresse à vous !
Je ne vous écris pas aujourd'hui pour vous parler de la nouvelle gamme de vélos pour femme féminins de chez décathlon.
Non pas du tout pas du tout. Si je vous écris aujourd'hui, c'est en tant que femme caractérielle dont les humeurs varient en fonction de nombreuses données. Et je souhaite vous aider, messieurs, à mieux comprendre quelques unes des raisons pour lesquelles nous sommes fréquemment de mauvais poil.

1/ Le cycle hormonal

A priori, n'importe quel homme aillant eu affaire à une femme pendant plus d'un mois (sa mère, sa soeur, sa tatie, whatever...) est plus ou moins au courant de comment ça se passe. Et en plus, on nous l'a tous expliqué au collège. Je parle évidemment du cycle menstruel. Et oui, messieurs, à J-1 on à nos règles, à J-14 on ovule bla bla bla.
Oui mais pendant TOUT le mois, je dis bien TOUT le mois, on a des putes d'hormones qui nous détraquent.
Alors voilà, si on est chiantes tout le mois, c'est pas TOUJOURS à cause des hormones. On va simplifier. On est chiantes quand on ovule, et on est chiantes une semaine avant nos règles et puis pendant nos règles (durée qui je le rappelle varie entre 2 et 10 jours pour celles qui n'ont pas de chance).

2/ Le cycle lunaire.

Super simple.
On est chiantes à la pleine lune (mais ça c'est pas que les nanas, c'est les mecs aussi).

Bon et alors à ces deux données fixes (il suffit de compter) il faut rajouter les données variables. Je pense notamment a la date à laquelle on a fait l'amour pour la dernière fois, à cette jupe qu'on a acheté l'an dernier dont la fermeture veut pas se fermer en entier, au fric qu'on a (et surtout celui qu'on n'a pas) sur notre compte, à nos ex qui nous téléphonent pile au moment ou on n'a pas envie d'entendre parler d'eux. Et j'en passe et des meilleures.

Heureusement pour nous, y a toujours un bucket de chez KFC pour nous remettre de bonne humeur.
Cécilia je t'aime.

Et sinon, en parlant de mauvaise humeur, tout notre plancher est poncé, reste à le vitrifier...
L'inauguration approche petit à petit. On va la pendre, cette pute de crémière.