Si tu lis cet article, c'est que tu es en route vers le Lyonnais, là ou sont tes origines, dans le noir et certainement dans le doute.

Je ne t'ai pas abandonné, non non, et la raison pour laquelle tu es enveloppé de mousse dans un container avec d'autres appareils photos et bidules en tout genre, c'est parce que je tiens à toi.

Si je t'écris c'est que tu me manques déjà, et ce malgré ton port SD qui claudique depuis peu, ton zoom qui fait le bruit d'un camion et les rayures rouges qui sont apparues sur ton écran.

Tu reviendras meilleur de cette douloureuse expérience, et c'est pas parce que je vais t'acheter un copain très rapidement (peut être même pendant ton absence) que je t'aime pas.

Je n'oublie pas les moments que nous avons partagés, nous en partagerons d'autres, et parfois je me demande sincèrement comment je peux être folle au point d'écrire un article pour mon appareil photo qui est au SAV de la Fnac.