Et voilà, finalement, retour à la normale.

Qu'est ce qu'il s'est passé depuis tout ce temps ? Je suis rentrée d'Angleterre, ai repris possession de ma chambre, rangé ma chambre, passé mes partiels et remis le bordel dans ma chambre avant de partir passer une semaine et un peu plus à Paris. Outre le rythme dans cette ville un peu trop peuplée et les gens qui font la tête dans le métro, force est de constater que je me suis habituée au bordel ambiant qui règne dans cette ville qui ne dort jamais... A part peut être le dimanche soir.

Je n'ai vraiment rien à raconter a part ça. Et c'est grave :/

Je suis allée à Beaubourg avec ma copinette Marjo qui ferait mieux de se trouver un taff par chez nous plutot que de continuer a vivre chez les fous... Mais bon bref on est donc allées voir le musée (donc les étages 4 et 5), qui abrite la collection permanente et une exposition qui s'appelle "elles" et qui présente des œuvres de tout genre, mais créées par des dames (généralement bien cheloues d'ailleurs) (les oeuvres, pas les dames) (enfin ptet que les dames aussi hein, c'était pas marqué sur les écriteaux). Bref donc 4eme étage a base d'œuvres contemporaines lumineuses, bruyantes et surprenantes. J'ai, entre autres choses, pour ma plus grande joie, visité la trachée d'une jeune femme ma foi fort poilue du pubis ou marché sur une œuvre. Et puis au 5eme j'ai vu des Picasso, des Matisse et du Kadinsky. ET ! Le fameux, celui qu'on n'a plus besoin de présenter, le monochrome bleu d'Yves Klein, qui m'a laissé une impression de... de quoi ?
Quelque chose d'à la foi frustrant et étonnant. L'impression de ne rien comprendre aussi ?

Alors je me suis un petit peu renseigné (comprendre, j'ai googlé et wikipedié), et j'ai appris que la toile est d'un bleu que le monsieur a créé, et qui s'appelle International Klein Blue (IKB), et que ses monochromes tendent a représenter une unité absolue... blablabla. Tout ce que je sais c'est que j'étais plantée là, face à ce truc qui ne me faisait pas ressentir plus de trucs que la pub de l'iPad ou du son Bose (j'en peux plus de ces deux pubs putain, j'ai l'impression qu'elles me suivent). Anyway, ma conclusion c'est que de contempler de l'art, c'est pas très bon pour l'égo, parce que je me suis sentie ignare, mais que bin voilà, c'est quand même éprouvant, et qu'en plus c'est gratuit pour les moins de 26 ans qui sont ressortissants de l'UE, donc, c'est BIEN !

Oui oui, tout ça pour ça !

Prochaines étapes, cherchage de travail, et puis encore aller à Paris, et puis trouver du travail, je l'espère.

Voilà.