Voilà.

Encore une super longue coupure. Encore une nouvelle réouverture. L'effet de surprise n'est plus là mais c'est pas grave. Une fois encore j'ai envie de faire dire des méchantes choses à ces petits mots qui n'ont rien demandé. Alors c'est bien simple. Soit je déverse ma merde ici, et je ne tape personne, soit je bloque cette énorme boule de nerfs que j'ai dans la gorge au risque de tuer quelqu'un dans les jours qui viennent.

Attention, ici je passe en mode journal intime d'adolescente énervée et ce texte n'aura d'intérêt que pour.. Euh... Moi.

Je suis bloquée entre deux eaux depuis plus de 4 mois, je panique, et je passe ma vie à gamberger, j'en arrive a un point ou je ne peux plus dormir la nuit tellement mes petits problèmes riquiqui de rien du tout de ma vie perso me causent du souci...

Alors tout cà c'est rien.
Alors j'ai pas le droit de la taper, elle m'a trop rien fait d'abord...
Alors, j'ai même pas le droit de lui dire qu'elle n'est qu'une pétasse, de traiter des gentils figurants de la sorte, parce que c'est tellement facile de décharger ses humeurs, son caractère de merde et ses responsabilités plutôt que d'assumer ce qu'on dit, ce qu'on est et ce qu'on pense.

Alors ma conasse tu ne liras jamais ce message, et c'est tant mieux... Mais quand même je te l'adresse, et j'aimerais un jour avoir l'occasion de te dire tout ca droit dans ta sale tête, en te regardant dans tes petits yeux plein de vide qui ne démontrent qu'à quel point tu es conne et sans intérêt. Je te conchie, je souhaite que l'on te traite un jour comme tu te permets de traiter les gens, et je te souhaite tout le mal que l'on peut décemment souhaiter à une femme bête comme toi. Parce que oui, on peut prendre les gens de haut autant qu'on veut, et c'est amusant que certaines personnes se le permettent alors qu'elle mesurent un mètre vingt (je précise que je ne parlais pas ici de largeur, encore que...), mais avoir de la hargne ne signifie pas toujours avoir de l'esprit.

Tu es une pauvre fille, et j'ai tellement hâte d'avoir l'autorisation de te le dire a voix haute qu'il m'a fallu trouver un lieu pour exprimer toute la haine et le mépris que j'ai envers toi.

Je terminerai cette note avec une citation qui m'est chère, d'un auteur qui m'est cher: Monsieur Boris Vian, qui a écrit une fois, et avec cette justesse que je lui admire :

C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde