Récemment je me suis remise a gribouiller, a écrire sur tous les morceaux de papiers, les cahiers, les set de table, etc. qui me passaient sous la main... Et avec ce symptôme je me suis rendue compte que oui, mon envie d'écrire était bien revenue, mais que non... Je n'allais pas pouvoir bloguer davantage pour autant...

La raison est simple. Je passe ma vie a me plaindre. Tout me fait chier, de mon boulot à mon copain en passant par ma mère, je pleure à la moindre contrariété, je voudrais dormir tout le temps, et je vous passe le couplet sur "je suis moche, je suis grosse, je ne plais à personne". Bref voilà comme je voulais vous épargner ça je n'ai pas profité de ce regain de motivation ecriturationnelle pour redonner vie (encore) à mon blog. Et puis je veux dire, ai-je vraiment besoin de soutien psychologique parce qu'il n'y a plus de yaourt ou parce que j'ai laissé périmer des légumes dans le bac-à-sus-cités du frigo ?

NON, je ne crois pas.

Mais pourquoi alors ai-je pris la peine de me reconnecter sur mon blog me direz-vous ? Ben pour rien.

Pour ceux qui m'ont lue jusqu'ici, voici une petite histoire de ma vie.

En balade avec l'homme, nous avons croisé à Opéra une petite dame, sur un passage piéton, qui m'a demandé de lui montrer la ligne 7 sur son plan de métro. Pleine de bonne volonté je m'affaire et la lui montre. Et là, la dame me dit que merci, qu'elle fait des recherches pour un livre et qu'elle pose cette question à de nombreux passants. Je ne sais pas si elle était de bonne humeur ou si elle n'habite pas cette ville de fous qui rend les gens énervés et sociopathes, toujours est-il qu'elle a discuté deux minutes, et qu'elle m'a dit que la clé que je portais autour du cou ouvrirai quelque chose, un jour. Quand je lui ai demandé si elle en était bien sure, elle m'a dit que j'étais déjà bien partie.

Je ne sais pas ce qu'elle voulait dire ou à quoi elle faisait allusion, mais j'ai hâte de savoir ce que renferme cette serrure. Et putain j'espère que c'est du positif parce que j'en ai marre que ma vie pue le bouc.

Dans le passé, un grand "sage" m'avait dit que la chance se provoque. Je crois qu'il avait tort, mais je vais essayer de me persuader du contraire parce que merde, c'est mon tour maintenant.

Bon c'est pas tout ça mais j'ai une question existentielle à régler avant le repas de ce soir. Melon ou carottes râpées ?