Life's a Cherrÿ tale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, mars 30 2012

L'évènement du jour

C'est la remontée des scores du président sortant, Monsieur Sarkozy, dans les sondages, qui le donnent en tête au premier tour de la présidentielle d'après un sondage CSA.

Non je déconne.

L'évènement du jour c'est bien évidemment beaucoup plus intéressant et ça parle bien évidemment beaucoup plus de moi. JE DÉMÉNAGE.

Enfin quoi. Je vais vivre dans un nouvel appartement, mais je ne déménage moi même pas beaucoup, puisqu'au moment ou nous parlons je suis en train de bloguer, depuis le taff, alors que Nico gère les déménageurs qui portent tout notre bazar de l'ancien vers le nouvel appartement. OUI OUI. les déménageurs. Si ca c'est pas décadent. Je suis d'ailleurs émerveillée par la quantité de merde qu'on a réussi à accumuler en si peu de temps. AMAZING. Alors au programme des réjouissances, ptet des photos de l'appart ? Ou alors j'vais attendre qu'il soit un peu plus meublé... Je sais pas.

Comment va la vie ? Bien. Je bosse depuis plus d'un mois à la rédaction d'un quotidien a Montréal (le plus lu hihi) Le Journal de Montréal. Je suis assistante et j'ai bien du plaisir a occuper cette fonction. Je me marre, l'équipe est sympa, le job intéressant, le cadre stimulant. Si mes plans se déroulent sans anicroche je serai rédac chef dans à peu prés 10 jours. Hm.

Je rencontre des gens, ma vie sociale reprend du service, je recommence à écrire aussi, lentement mais surement et ca m'avait beaucoup manqué. Je crois que le fait de lire les journaux est une grande source d'inspiration. Je lis les chroniques des journalistes opinions, de ceux qui sont payés pour troller dans un journal quotidien (ET BIEN PAYÉS EN PLUS!!!!!!!) et je me dis qu'ils ont là un job de rêve.

Cependant j'ai beau être une des plus grosses chialeuse (pour reprendre une expression locale) que la terre aie porté, je me demande si je serais en mesure de trouver chaque jour une raison pour me plaindre (ou du moins donner mon avis).

Affaire à suivre ?

jeudi, février 9 2012

I miss my blog.

J'ai perdu le réflexe que j'avais quand j'ai crée ce blog de venir déverser mes sentiments ici. C'est mal. Je suis voyez vous une boule de nerfs en ce moment, entre ce changement de vie auquel il me faut décidément m'adapter at some point, ma toute nouvelle recherche d'emploi, ma vie de couple (aouch, ça fait super grown-up de dire ça) et puis mes tribulations habituelles; j'en ai bien des choses à raconter !

Je suis en train d'essayer de taper doucement sur le clavier parce que Nicolas dort (ou du moins essaye) alors je vais pas m’éterniser. Mais voila, j'avais envie d'un tout petit instant dear diary.

A tout bientôt :)

dimanche, octobre 30 2011

Allo allo

Décidément, il n'y a rien à faire, je ne tiens aucune de mes promesses...

Voilà maintenant près de deux mois que nous sommes installés au Canada, et même si la vie n'a pas encore repris son cours *normal* vu que ni l'homme ni moi ne travaillons encore, on s'est quand même calés sur un rythme plus "habitants" que "touristes". Et tant mieux parce que bon si on s'installe, autant le faire pour de vrai, non ?

Aussi, on magasine au Provigo de la rue Sherbrooke, qui est a une petite côte et 10 minutes de marche de la maison (et qui est ouvert 7/7 jusqu’à 23h et ça ben c'est génial), on regarde les séries en même temps qu'elles sont diffusées aux States, interrompus par des publicités plus cocasses les unes que les autres toutes les 3 minutes (et je n'exagère que très peu), et je me suis même mise à cuisiner en cups. Je sais pas si vous cuisinez, vous qui me lisez, mais moi j'ai toujours toujours aimé cuisiner les desserts, quels qu'ils soient. Il y a encore peu de temps, en France, quand je cherchais des recettes "traditionnelles" dans d'autres langue que la mienne (par exemple une tarte aux noix de pécans à la canadienne, des roulés à la cannelle à la norvégienne ou encore des cupcakes à l'américaine), il m'est souvent arrivé de me décourager lorsque je voyais ces tasses comme unité de mesure. C'était pourtant pas bien compliqué, il aurait suffit que je cherche des équivalences, de la même façon que j'avais trouvé ces recettes, sur google, mais non, à chaque fois je cherchais une recette en grammes.

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, depuis que je suis ici ma vie à changé (au moins), parce que j'ai pu me procurer ces fameuses measuring cups. Et voilà. Je peux maintenant cuisiner sans limite, et c'est ma joie. C'est stupide, oui je sais, d'autant que ces mesures volumiques sont loin d'être aussi précises que celles d'une bonne balance digitale rouge de chez Casa (merci Cécilia pour me l'avoir offerte), mais après un petit temps d'adaptation, j'ai maintenant dompté ce système et suis dès lors un petit cordon bleu international (au moins²).

Bon et sinon désolée encore une fois de vous avoir délaissés je vais faire de mon mieux pour que ça change (faut avouer que j'ai vraiment le temps...), et de toute façon je reviens au plus tard lundi avec une photo du gâteau d'anniversaire de mon chéri qui promet de dépoter (si je rate rien d'ici là), et puis ptet de mon costume de Halloween (parce que ici c'est enormément plus répandu qu'en Europe, et qu'on va donc faire la tournée des bars, déguisés comme des enfants).

[Phoebe Buffay style] Thank you my babies

mardi, septembre 20 2011

Oh eh l'autre eh, ca lui fusille le nez !!

Je crois que je peux aisément faire la généralisation suivante : quand une fille va chez le coiffeur, et change de tête, il a une raison. Oui je sais, c'est peut être pas TOUJOURS le cas, et pourtant c'est souvent vrai. Outre la montée d'adrénaline que représente la peur de ressortir tondue comme un caniche, c'est vraiment symbolique, nouvelle vie, nouvelle page, nouvelle tête. Pour moi en tout cas, ça a toujours été le cas.

Quand j'étais toute petite, j'avais les cheveux longs, j'ai du les couper contre ma volonté vers le CP a cause d'une horrible épidémie de poux à l'école et je me souviens encore du salon ou c'était, et aussi de toutes les larmes que j'avais versé en sortant. Et puis comme on dit ça repousse, et là, surement poussée à les garder longs par mon père qui a parfois (souvent) des idées très arrêtées sur ce que doit ou ne doit pas faire une jeune fille, je ne les avait plus coupé (sauf les pointes ou un dégradé mais rien de bien fou) jusqu'en 2008. Effectivement j'avais une raison, de sombres histoires de mec, un nouvel an gaspillé avec les mauvaises personnes, une période de ma vie, mais surtout envie de créer une ancre dans mon histoire. Pour pouvoir me dire: "Là. Il s'est passé un truc que j'ai pas envie d'oublier" ... Même que ce changement de tête coïncide avec la période a laquelle j'avais fait mon tatouage et mon piercing dans la nuque. Il s'est passé un truc fort ? Je sais pas, mais bon, après je peux revérifier ça avec la permanente que j'ai fait plus tard, et le carré court (raté) que j'ai fait a Paris avant de partir en Angleterre. Oui d'accord, et alors ?

Aujourd'hui j'ai de nouveau les cheveux longs, et depuis 2008 je les ai pas eu si longs. Le changement n'est pas radical vu que les cheveux ça met du temps à pousser. Mais c'est bizarre, ça me fait comme si j'avais rechangé de tête, mais progressivement cette fois. Ai-je ouvert progressivement un nouveau chapitre ou tourné doucement une page ? Je sais pas, et puis je peux pas déjà savoir en somme.

Si je repense à toutes ces bêtises maintenant c'est que ayant à nouveau les cheveux longs, et avec la masse et l'épaisseur que cela représente, il me faut un bon sèche-cheveux ou un bon paquet de temps pour pouvoir les sécher. Et qu'ici, au Canada, la puissance max. de séchoir que j'ai trouvé c'est 1875 watts, que c'est trop peu, que ça me prend 2 ans pour mal me sécher les cheveux et que je voulais replacer un tag que j'ai créé il a trois plombes.

Et ouais, je suis SI bête que ça. Mais eh on va pas se leurrer, c'est comme ça que vous m'aimez.

:)

jeudi, septembre 15 2011

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs...

En exclusivité de complètement dingue d'opportunité de fou, SOUS VOS YEUX ÉBAHIS ... Je vous présente : Le blog de Nico et de moi avec un nom tout pourri qu'on va brainstormer pour trouver mieux parce que l'aventure canadienne c'est LAME comme nom. Alors vous proposez quoi ?

Alors euh, par contre, vous risquez de lire des articles que vous aurez déjà lu ici, mais ptet pas tous, et puis surtout vous pourrez lire les articles de Nicolas aussi. C'est super non ?

Bon en fait la vraie raison c'est que ce sera politiquement correct (ou presque) et que mon blog ne le sera ptet pas toujours (encore que, je m'assagis quand même).

Voici donc : LE BLOG !!

Un blog en couple. NON MAIS VOUS VOYEZ CE QU'IL FAIT DE MOI ? JE DEVIENS NIAISEUSE.

Non en fait, je l'ai toujours été, je sais bien. Bon et niaiseux (*clic*) c'est un adjectif québécois, c'est bon, mangez-en !

mercredi, septembre 14 2011

0.25 %

La journée 2 s'est passée sans encombres, et s'est finie sous des TROMBES d'eau. Non mais vraiment, on s'est pris la mer et les poissons sur la gueule.

Réveillée a 6h32 locales impossible de me rendormir... Quand l'homme s'est réveillé deux heures après, je me suis rendormie, normal. Plus tard, un petit coup d’œil dans le guide et on s'est dirigé vers un petit bistro dans le vieux Montréal, parce qu'on était affamés. Oui, le jetlag n'influe pas que sur ton sommeil, mais sur ton bio-rythme également, et c'est pas franchement simple dès le début.

Bref l'aventure de cette deuxième journée fut l'ouverture d'un compte chèque. Outre la sympathie étonnante de tous les agents qui travaillent dans cette banque digne de Gringotts tant elle à la classe, c'est la simplicité de la procédure qui m'a étonnée. Deux pièces d'identité et c'est parti. Il aura fallu comprendre un peu le système de banque qui n'est pas le même que le notre en France. On a du choisir un plan, c'est une sorte de forfait qui détermine a combien d'opération bancaires tu vas avoir droit. C'est différent mais pas si compliqué. On nous a donné notre carte sur le champ et voila on était partis. On a ouvert un compte épargne en même temps. Elle m'a fait rire la dame, elle a dit "Gardez vos savings sur ce compte, c'est très intéressant". Et finalement le taux d'intérêt est de 0.25%. OWI EN EFFET... Très intéressant.

Tu le vois grossir mon compte en banque ? :)

Aujourd'hui magasinage !! (Mais on n'a pas le droit de dépenser de sous alors bon...)

Et sinon hier je me suis couchée a 21h30 et ce matin levée a 9h. POWNED le décalage horaire. Nico ne peut hélas pas encore en dire autant, et il commence à en avoir marre de se reveiller frais et dispo a 8h tous les matins. Moi perso j'aime bien, pouvoir lui parler dès le réveil, CA c'est de l'inédit.

mardi, septembre 13 2011

Premier jour à GMT-5

Dans mon déménagement, j'ai sacrifié pas mal de mes petits carnets d'obsessionnelle. Il m'en reste néanmoins quelques uns, dont un sur lequel je me suis défoulée, hier, dans l'avion, quand Air France essayait de nous arnaquer en nous faisant baisser les hublots. Il était minuit dans mon petit corps mais notre avion pourchassait le soleil (quelle poésie). Bref j'arrivais pas a dormir, et la lumière derrière les hublots ni était certainement pour rien mais donc j'ai gribouillé ce qu'il me passait par la tête à ce moment là, et c'était cool. Et ca vous fait une belle jambe.

Aujourd'hui je suis décalquée. Il est 21h29. Ce matin je me suis réveillée, fraiche comme la rosée, a 8h locales. Notre passage éclair à l'immigration canadienne nous a permis d'arriver chez nous a 22h, (4 heures en France). Autant dire qu'on n'en pouvait plus, et que la nuit fut reposante, mais maintenant il est a nouveau presque 4 heures du matin dans mon corps, et je suis DECALQUEE.

Je me répète j'en suis consciente. Oui mais moi je vous sors ça pèle-mèle aussi hein...

Aujourd'hui un brunch démesuré le matin, petite balade dans notre quartier, puis une autre, dans le Vieux Montréal, quelques courses, quelques discussions avec notre coloc et des nachos plus tard, la journée s'est envolée. Et je suis décalquée (j’arrête).

Au détour de notre première journée à Montréal, on notera la première anecdote de touristes qui débarquent. Ce matin quand la serveuse a pris notre commande, elle nous a demandé quelle sorte de pain nous voulions. "Nature, brun ou crotté ?". Perplexe nous l'avons fait répéter, mais quand elle à redit la même chose on a choisi le pain brun (le pain complet) en se disant que nous aurions à enquêter sur la nature exacte de ce pain "crotté". Moi je pensais à du pain avec du raisin sec dedans, ou des pruneaux ou je sais pas.. un machin dans le pain quoi ! Bref on a demandé à notre coloc, et en fait elle disait pain CROUTÉ et non crotté... Grosse rigolade, mais déception tout de même, pain crotté c'était quand même fort marrant.

Ne soyez pas trop décus, toutefois, car le pain crotté existe bel et bien, puisqu'il s'agit en fait du pain perdu que nous connaissons je pense tous très bien.

mardi, août 30 2011

Encore une.

Encore une page qui se tourne.

Au rythme auxquelles elles tournent dernièrement, je commence à craindre les courants d'air. Mais c'est bien. C'est positif.

Ce soir j'ai quitté pour la dernière fois le petit nid que je m'étais fait dans l'appartement parisien de mon chéri, que je détestais par dessus tout essentiellement à cause des 6 étages qu'il me fallait grimper au moins une fois par jour, depuis maintenant quelques mois. Alors ouiiii, ca m'a raffermi les fesses, oui ca pouvait me faire que du bien. OUI JE SAIS. Mais c'est pas la question.

On part, loin, et longtemps. Dans 12 jours les amis je vivrai au Canada avec mon ours brun.

Je compte bien vous raconter tout ça au fur et à mesure, et puis bon j'essaierai de vous écrire des conneries aussi des fois. C'est encore ce que je fais de mieux.

Stay tuned :)

mardi, août 2 2011

Le naturisme pour les nuls

Avec un titre pareil pas la peine de tergiverser. Oui, tergiverser, mon compte triple, je sais, j'allais dire tordre du cul pour chier droit mais c'est moins classe.

Bon et donc, j'ai faiit un truc de fou le week-end dernier dernier: je suis allée aux termes de Spa.

AMAZING!

Tu te tais le bilingue tu te tais.

J'étais dans le hammam "textile" quand cette idée saugrenue m'a pris. Je voyais pas à 20 centimètres, j'étais ennivrée par des odeurs de menthe poivrée et, allongée sur un banc brûlant, sous le ciel électirquement étoilé. Le constat était plus qu'évident. "Putain ce serait le pied si j'étais à poil".

Et me voila partie.

Entre le moment ou tu rentres dans un espace naturiste et le moment ou tu es planquée dans la pénombre ambiante d'un hammam, il se passe quelques étapes évidemment, et c'est la le coeur du problème... Mais une fois déshabillée et dans la vapeur d'eau, je me suis rendue compte que je ne distinguais pas le moidre visage, ni si les gens qui etaient là étaient des hommes ou des femmes. Dès lors, qui en a quelque chose à faire de la circonférence de mes cuisses?

Personne.

Dans mon élan d'héroïsme j'ai décidé de pousser l'expérience plus loin, et de braver la lumière du jour, et mon pire ennemi: le regard des gens.

Quelle ne fut ma surprise, de découvrir des femmes, des hommes, des poils, des épilations impeccables, des ronds, des fins, des jeunes des vieux, des vieux, des flasques, des petits seins, des gants de toilettes... Des gens de toute taille-forme-couleur-coefficient de viscosité, qui avaient tous un point commun. Etre nu, et s'en satisfaire. Je serais curieuse de connaitre la proportion de gens qui se faisaient violence pour ne pas voir les défauts qu'il se trouvent, mais tout ce petit monde etait harmonieux, nu et beau.

Et c'était COOL.

mardi, juillet 26 2011

Put**n de B*r*el de **rde. 12 ANS !!

Telle que vous me lisez, je suis plus déprimée que la dépression. Rien de bien grave, soyez rassurés.

Mon problème, c'est que je sors du cinéma. Et par la présente je viens de tourner une page de 12 ANS. J'arrive pas à m'y remettre.

J'avais 10 ans quand je suis allée au bureau de tabac avec mon père pour lui soudoyer un magazine débile pour le poster que je pourrais y trouver au milieu, et quand mon père, qui n'avait pas la moindre idée de ce qu'il faisait m'a acheté le tome 1 de Harry Potter. Hé ouais, je suis bien en train de pleurer la fin de la saga de Harry Potter. J'ai mis longtemps à accrocher avec ce livre. Les premiers chapitres m'ennuyaient, je le lisais plus ou moins pour faire plaisir à mon père, bref j'étais loin de m'imaginer que ces héros allaient me suivre jusqu'à l'âge adulte. Enfin l'âge adulte, maintenant quoi, adulte ptet pas mais bon. 12 ans, c'est plus de la moitié de ma vie, et quand je me dis que c'est fini, ça m'file le cafard...

Je me souviens du premier film, que j'ai vu alors que j'avais déjà lu tous les bouquins sortis. Ma mère nous avait fait a mon frère et moi la surprise de nous amener à l'avant-première, pour laquelle le cinéma avait organisé plein d'animations toutes plus nulles les unes que les autres, et le film d'après ou elle avait invité ma meilleure amie du moment, qui était droguée comme moi. Je me souviens m'être inscrite sur la waiting list de la médiathèque de Fenouillet (je vous prie), pour pouvoir lire le 4eme tome dès qu'il était dispo, je me souviens de mon 17 anniversaire ou on m'a offert le 6ème tome et qu'on m'a spoilé le lendemain au lycée...

C'est trop con, mais après avoir vu ce dernier film, j'ai l'impression d'avoir pris des nouvelles de potes que je connaitrais depuis longtemps et qui m'auraient dit "Ok Harry a réussi à vaincre Le Prince des Ténèbres, il a tout rangé dans sa vie et le monde qui est le sien. Voilà, on va tous bien, mais maintenant arrête de nous demander comment on se porte, ok ?"

Ca fait bizarre...

lundi, juillet 25 2011

Enough with the Friends' titles.

A la fin du mois de mai, mon chéri et moi avons été en Irlande. Fort bien, et alors me direz-vous ? Mais j'y viens petits impatients.

J'ai eu l'occasion de revivre mon rêve de l'année dernière (quand j'étais fille au pair) à savoir SHOPPER CHEZ hmv.

Les finances étant ce qu'elles étaient à cette époque, je n'ai pas pu dépenser les quantités impressionnantes de fric que je dépensais l'année dernière avec mon salaire misérable de babysitter, mais le plaisir était toujours là. Mais je vous saoule. Vous vous demandez où je veux en venir et pourquoi je vous ennuie avec mes histoires de shopping ? Je sais que vous avez peur que je vous sorte mes photos de vacances. Vous avez peur hein ? HAHAHA hé ben non, ma carte SD a mouru alors bon même si je voulais...

ANYWAY, straight to the point, I got my self the putain d'intégrale de Sex and the City pour 40 euros. C'est pas à la FNAC que ça arriverait mais je l'ai déjà dit et ce n'est pas le point. Et bon, le fait est que, ça ne me fait pas que du bien, déjà parce que Carrie elle a que des problèmes, qu'elle se fabrique de toutes pièces et que c'est relou (on dirait moi mais en pire), et puis aussi toutes les quatre sont des cas sociaux ambulants, et putain de bordel de merde... on s'identifie... Et c'est mal. Qui veut s'identifier à un cas social ? Alors à quatre cas sociaux ?

Bref toutes les questions que se posent régulièrement ces 4 folles, on se les pose quand on regarde cette STUPIDE série (que j'adore).

Et bon voilà, en regardant un épisode aujourd'hui (oh who am I kidding j'ai regardé 6 épisodes aujourd'hui !!) j'ai réalisé que je suis trop forte pour la vie à deux. Ça fait plus de neuf mois que je vis en couple. Bordel si on m'avait dit y a un an que j'allais vivre avec lui, faire à manger, lui faire la guerre pour la lunette des chiottes ou le linge sale, j'aurais dit (et je l'ai sûrement dit à Cécilia y a qu'elle pour me faire chier avec des histoires à la con) "TU TE FOUS DE MOI ??".

J'ai 22 ans, je suis diplomée, et je vis en couple. Oui, au fait, je suis diplomée.

jeudi, juillet 7 2011

The one with all the stupid questions.

C'est incroyable le nombre de questions débiles que je peux me poser... En permanence.

Par exemple, quand je me regarde dans une vitre dans la rue, je me demande si quelqu'un, derrière la vitre, se dit que je suis une moche égocentrique. Ou quand je monte dans le métro, que je m'assois et que je prends plus de place que la maigrichonne trop bien gaulée, je me demande si elle se dit "Putain fait chier cette grosse". La nana de la médecine du travail qui m'a demandé si j'avais des problèmes de santé "hormis mon surpoids" n'a rien arrangé à mes nombreux complexes...

J'en suis arrivée à la conclusion que je ne me pose que des questions liées a mon physique ingrat, ou mon manque total de confiance en moi. Ou les deux ? Comme vous pouvez le constater, la résolution que j'ai pris en écrivant mon précédent article n'a pas tenu bien longtemps. Après tout... Y a des gens qui me lisent ici, ne mentez pas j'ai les statistiques ! Conséquemment, j'ai décidé que j'allais faire ma thérapie ici, toute seule mais avec "vous" au lieu d'essayer de tenir mon chéri éveillé avec des questions plus stupides les unes que les autres...

C'est à dire absolument ESSENTIELLES.

En punition, parce que je suis une vilaine fille, de me mettre des idées si stupides dans la tête, j'ai décidé de faire des lignes.

Non m'enfin pas ici ! ... c'est humiliant.

Bon. Parlons peu, parlons bien, et d'une question pas stupide, pour une fois. Vous voudriez lire quoi sur mon blog ?

mardi, juillet 5 2011

The one that could have been.

Comme l'a si justement fait remarquer Cécilia dans un de mes précédents articles, j'ai changé un peu le format WTFesque des titres de mes articles pour leur donner le format de ceux qu'avaient les épisodes de ma série préférée, j'ai nommé Friends.

J'espère que si ça vous plaît, et si çà vous plaît pas c'est dommage parce que jusqu'à ma prochaine phase de mutisme (au moins) cela restera comme ça.

Aujourd'hui je me demande, en référence à l'épisode qui est probablement mon préféré, certainement parce que c'est le premier que j'ai vu en anglais, qu'est ce qu'il serait advenu de moi si j'avais pris des décisions différentes.

Rachel se demande ce qu'il se serait passé si elle s'était mariée avec Barry. Ross se demande ce qu'il se serait passé si Carol n'avait pas réalisé qu'elle était lesbienne, Monica, ce qu'il se serait passé si elle était restée grosse, Joey, si il n'avait pas été viré de Days of our Lives, Chandler, si il avait eu le cran de quitter son job et Phoebe, si elle avait accepté le job de trader.

So anyway (ouais je mets de l'anglais dans mon français, c'est chiant mais c'est pas nouveau)... Sans pousser ma réflexion jusqu'à la création d'un épisode de sitcom, je m'interroge. Et si...

- J'étais toujours avec mon premier amour
- Je n'étais pas partie si tôt de la maison
- Je m'étais mieux entendue avec mon père
- J'avais grandi avec ma mère
- J'avais choisi d'aller en L comme on me le recommandait et pas en S pour tenter d'impressionner mon père
- J'avais terminé mon DUT Chimie....

La liste est longue.

Si "..."Je serais mariée avec des enfants beaux mais obsédés par des trucs chiants et/ou qui font du bruit et/ou prennent trop de temps et de place tel que des fourmis ou un aéroglisseur, je ferais l'amour le dimanche... De Pâques, parce que je passerais les autres dans ma belle famille, je n'adresserais plus la parole à mon père et à ma mère, je serais une philosophe ou une technicienne chimiste aigrie.

Je crois que ce que j'essaye de (me) dire, c'est que je m'en sors pas si mal comme ça en définitive. Et comme le dit Rosita Dolores Sierra, la grande Poétesse ou plutôt cet utopiste de philosophe qu'est Pangloss dans Candide de Voltaire:

"Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles ; car enfin, si ... vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches.
- Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin.".

Non mais pour qui elle se prend cette connasse avec ces citations de merde qui datent du Bac de Français? ? Relax, la culture c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale.

En parlant d'ça, demain j'ai les résultats de ma seconde session. F34R !!!

lundi, juillet 4 2011

The one with the music festival.

Comme je sais que vous m'aimez, et que vous aimez par conséquent toute la niaiserie que j'ai à vous proposer, voici deux petites photos que j'ai pris lors du Festival Solidays. Un week end éprouvant ou mes amis m'ont encore prouvé comme j'ai raison de les aimer si fort.

Une petite photo de Céci et moi, que j'adore (Céci et la photo).

Céci_solidays

Et une autre avec Rafik. Ben oui hein fallait bien que je me trouve une confidente pour quand Céci n'est pas là... :)

rafik_Solidays

Je vous aime les zamis merci d'avoir été et d'être toujours là pour me réconforter.

lundi, juin 27 2011

The one with the old witch.

Dans un soucis de respect de ma propre vie privée (parce que je ne sais pas qui passe par ici) et aussi pour préserver celle des protagonistes de mon histoire, Je ne vais pas publier la lettre que j'ai écrite à un certain docteur, et que je compte lui envoyer demain, dans l'espoir qu'elle la lise.

Toutefois, je sais que certains d'entre vous connaissent déjà tout de ma vie privée. Et si ceux là veulent lire la dite lettre, cela me fera du bien de savoir qu'ils l'ont lue.

Si vous voulez la lire, manifestez-vous.

Moi en tout cas... ca va mieux.

dimanche, juin 26 2011

The one with all the bad mood.

Récemment je me suis remise a gribouiller, a écrire sur tous les morceaux de papiers, les cahiers, les set de table, etc. qui me passaient sous la main... Et avec ce symptôme je me suis rendue compte que oui, mon envie d'écrire était bien revenue, mais que non... Je n'allais pas pouvoir bloguer davantage pour autant...

La raison est simple. Je passe ma vie a me plaindre. Tout me fait chier, de mon boulot à mon copain en passant par ma mère, je pleure à la moindre contrariété, je voudrais dormir tout le temps, et je vous passe le couplet sur "je suis moche, je suis grosse, je ne plais à personne". Bref voilà comme je voulais vous épargner ça je n'ai pas profité de ce regain de motivation ecriturationnelle pour redonner vie (encore) à mon blog. Et puis je veux dire, ai-je vraiment besoin de soutien psychologique parce qu'il n'y a plus de yaourt ou parce que j'ai laissé périmer des légumes dans le bac-à-sus-cités du frigo ?

NON, je ne crois pas.

Mais pourquoi alors ai-je pris la peine de me reconnecter sur mon blog me direz-vous ? Ben pour rien.

Pour ceux qui m'ont lue jusqu'ici, voici une petite histoire de ma vie.

En balade avec l'homme, nous avons croisé à Opéra une petite dame, sur un passage piéton, qui m'a demandé de lui montrer la ligne 7 sur son plan de métro. Pleine de bonne volonté je m'affaire et la lui montre. Et là, la dame me dit que merci, qu'elle fait des recherches pour un livre et qu'elle pose cette question à de nombreux passants. Je ne sais pas si elle était de bonne humeur ou si elle n'habite pas cette ville de fous qui rend les gens énervés et sociopathes, toujours est-il qu'elle a discuté deux minutes, et qu'elle m'a dit que la clé que je portais autour du cou ouvrirai quelque chose, un jour. Quand je lui ai demandé si elle en était bien sure, elle m'a dit que j'étais déjà bien partie.

Je ne sais pas ce qu'elle voulait dire ou à quoi elle faisait allusion, mais j'ai hâte de savoir ce que renferme cette serrure. Et putain j'espère que c'est du positif parce que j'en ai marre que ma vie pue le bouc.

Dans le passé, un grand "sage" m'avait dit que la chance se provoque. Je crois qu'il avait tort, mais je vais essayer de me persuader du contraire parce que merde, c'est mon tour maintenant.

Bon c'est pas tout ça mais j'ai une question existentielle à régler avant le repas de ce soir. Melon ou carottes râpées ?

mardi, janvier 25 2011

Un peu perdue mais obtinée quand même

Je viens de finir de regarder un film que j'ai laissé passer sans y prêter attention en 2009. J'ai, il y a de ca quelques jours, vu sur le site de hmv (le site du diable, soit dit en passant. NON, ne cliquez pas... Oops, trop tard[1]) une liiiiste longue comme une bite un bras, de films que je n'ai pas vu, et dont j'avais entendu parler, et que j'aurais peut être été voir... si et si et si et si... Bref des films que je n'ai pas vu.

Parmis eux, ce film dont l'affiche m'avait quand même fait tilter. Julie & Julia

Avec Meryl Streep, que j'adore, mais qui m'avait profondément gonflée dans Mamma Mia, alors je n'avais pas vraiment envie de regarder un autre film avec elle, et la meuf-que-je-sais-pas-comment-elle-s'appelle mais qui jouait dans Enchanted, un film de Disney. Bref long story short, je devais pas le voir, je l'ai vu, et je l'ai...

Suspense.

ADORE !!!

Rapidement, le synopsis (merci IMDb; IMDb je t'aime)

Ah merde, sur IMDb y a pas le synopsis en français pour mes lecteurs non bilingues. (haha)

Vous allez donc devoir vous contenter de mon résumé très bref, qui pour des raisons évidentes ne spoile RIEN DU TOUT,

Le film raconte les deux histoires de Julia (Meryl Streep) qui débute sa carrière dans la cuisine lors de son arrivée en France dans les années "il y a longtemps", non sans mal, et de Julie Powell (Amy Adams), qui travaille dans un cubicle (je trouve pas le mot francais), qui est une nana assez frustrée (quand même) et qui se donne pour objectif de réaliser en 365 jours les 524 recettes expliquées dans le livre de Julia Child "Mastering the Art of French Cooking"

J'ai tellement aimé ce film que je me ferais une joie de tout vous raconter, mais je pense qu'il vaut la peine d'être regardé alors je ne vais rien dire. J'ai du mal. Je me retiens... Et c'est pas facile du tout.
Toujours est-il que j'ai adoré. Peut-être parce qu'il raconte la vie de deux femmes un peu perdues, mais obstinées quand même, et que c'est un peu moi ?

Notes

[1] L'auteur du blog ne pourra en aucun cas être tenue pour responsable si vous depensez des fortunes sur ce site ou refusez dorénavant de croire que 30 euros pour 5 DVD à la FNAC c'est une affaire. Affaire de FNAC oui c'est sur mon ŒIL

samedi, janvier 22 2011

Deux mois plus tard

Deux mois que je suis ici.

Et ça va.

Si il y a encore des gens qui lisent ces pages je continuerai ptet à tenter tous les 3 mois de ranimer ce blog en vous racontant ma vie ici... Journal intime style quoi. Sinon j'abandonne...

ET JE ME LANCE DANS UN BLOG PHOTO.

Non je déconne. Mouarf.

dimanche, décembre 26 2010

Une fin d'année sur les chapeaux de roue

Ca fait un mois et demi que je suis ici, 3 semaines que je travaille en intérim et 40 milles fois que j'engueule mon copain pour des conneries. Voilà, je crois que ca y est on peut dire que je suis installée, et que je vis en couple.

Évidemment, mes fringues ne sont toujours pas dans les placards, évidemment, je n'ai pas encore défait toutes mes affaires et évidemment, je n'ai pas touché à mes cours... Mais bon y a des priorités dans la vie.

Le mois de décembre passé a la FNAC, j'attends en ce moment la réponse pour un poste de support client dans une boite de jeux vidéos. J'avais eu de bon échos après l'entretien, mais hein, on sait vraiment jamais jusqu'à ce que l'on sache (quelle logique)

Mon amoureux a eu son PVT pour le Canada, ce qui veut dire qu'il sera parti d'ici un an et 4 jours maximum. Reste à savoir ce qu'il adviendra de moi à ce moment là.

Voila. L'année est presque finie. Ai-je tenu mes résolutions ? Absolument, je n'en n'avais pas pris

Bonne fin d'année et puis (héhé) à l'année prochaine.

lundi, novembre 15 2010

La bande pas dessinée

C'est quand même drôle, Paris. En fait c'est pas vraiment différent de Toulouse, c'est juste un peu plus peuplé, l'accent est différent et puis y a plein d'arrondissements que tu sais pas lequel est ou. Mais voilà, les parisiens avec leur accent snob ils me font mourir de rire. Surtout quand j'intercepte une conversation qui ne m'est pas du tout destinée, entre un bobo et une bobo qui parlent de "la bande pas dessinée" comme d'un "Nouveau blogueunh, qui traite de l'actuhe avec humoureunh"

Ah ouais trop bien HEUNH

Ha je sais pas si je vais me plaire ici mais j'vais avoir encore plus de gens à rire de (Dieu qu'est ce donc que cette tournure ? ENGLISH BABY! Whateva !)

Sinon petit lecteur, si tu n'as pas suivi voici l'état des lieux de ou j'en suis dans la laïfe:

Le préavis de l'appart à Toulouse est déposé, il est raccourci d'un mois parce que licenciement blabla, donc 10 decembre exit l'appart'
J'habite avec mon poilu... Et oui, c'est arrivé. Meme que je l'ai trainé a Ikéa c'était fun. Bref tout ça pour dire qu'on a des rideaux. So long neighbor and thanks for all the perv & weirdoness
Je suis acceptée a Paris 3, j'attends le papelard du Mirail qui me permettra d'aller m'inscrire
Quoi d'autre euh ... boh c'est déjà pas mal.

Bonne nuit !

- page 1 de 2