Life's a Cherrÿ tale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, août 2 2011

Le naturisme pour les nuls

Avec un titre pareil pas la peine de tergiverser. Oui, tergiverser, mon compte triple, je sais, j'allais dire tordre du cul pour chier droit mais c'est moins classe.

Bon et donc, j'ai faiit un truc de fou le week-end dernier dernier: je suis allée aux termes de Spa.

AMAZING!

Tu te tais le bilingue tu te tais.

J'étais dans le hammam "textile" quand cette idée saugrenue m'a pris. Je voyais pas à 20 centimètres, j'étais ennivrée par des odeurs de menthe poivrée et, allongée sur un banc brûlant, sous le ciel électirquement étoilé. Le constat était plus qu'évident. "Putain ce serait le pied si j'étais à poil".

Et me voila partie.

Entre le moment ou tu rentres dans un espace naturiste et le moment ou tu es planquée dans la pénombre ambiante d'un hammam, il se passe quelques étapes évidemment, et c'est la le coeur du problème... Mais une fois déshabillée et dans la vapeur d'eau, je me suis rendue compte que je ne distinguais pas le moidre visage, ni si les gens qui etaient là étaient des hommes ou des femmes. Dès lors, qui en a quelque chose à faire de la circonférence de mes cuisses?

Personne.

Dans mon élan d'héroïsme j'ai décidé de pousser l'expérience plus loin, et de braver la lumière du jour, et mon pire ennemi: le regard des gens.

Quelle ne fut ma surprise, de découvrir des femmes, des hommes, des poils, des épilations impeccables, des ronds, des fins, des jeunes des vieux, des vieux, des flasques, des petits seins, des gants de toilettes... Des gens de toute taille-forme-couleur-coefficient de viscosité, qui avaient tous un point commun. Etre nu, et s'en satisfaire. Je serais curieuse de connaitre la proportion de gens qui se faisaient violence pour ne pas voir les défauts qu'il se trouvent, mais tout ce petit monde etait harmonieux, nu et beau.

Et c'était COOL.

mardi, juillet 26 2011

Put**n de B*r*el de **rde. 12 ANS !!

Telle que vous me lisez, je suis plus déprimée que la dépression. Rien de bien grave, soyez rassurés.

Mon problème, c'est que je sors du cinéma. Et par la présente je viens de tourner une page de 12 ANS. J'arrive pas à m'y remettre.

J'avais 10 ans quand je suis allée au bureau de tabac avec mon père pour lui soudoyer un magazine débile pour le poster que je pourrais y trouver au milieu, et quand mon père, qui n'avait pas la moindre idée de ce qu'il faisait m'a acheté le tome 1 de Harry Potter. Hé ouais, je suis bien en train de pleurer la fin de la saga de Harry Potter. J'ai mis longtemps à accrocher avec ce livre. Les premiers chapitres m'ennuyaient, je le lisais plus ou moins pour faire plaisir à mon père, bref j'étais loin de m'imaginer que ces héros allaient me suivre jusqu'à l'âge adulte. Enfin l'âge adulte, maintenant quoi, adulte ptet pas mais bon. 12 ans, c'est plus de la moitié de ma vie, et quand je me dis que c'est fini, ça m'file le cafard...

Je me souviens du premier film, que j'ai vu alors que j'avais déjà lu tous les bouquins sortis. Ma mère nous avait fait a mon frère et moi la surprise de nous amener à l'avant-première, pour laquelle le cinéma avait organisé plein d'animations toutes plus nulles les unes que les autres, et le film d'après ou elle avait invité ma meilleure amie du moment, qui était droguée comme moi. Je me souviens m'être inscrite sur la waiting list de la médiathèque de Fenouillet (je vous prie), pour pouvoir lire le 4eme tome dès qu'il était dispo, je me souviens de mon 17 anniversaire ou on m'a offert le 6ème tome et qu'on m'a spoilé le lendemain au lycée...

C'est trop con, mais après avoir vu ce dernier film, j'ai l'impression d'avoir pris des nouvelles de potes que je connaitrais depuis longtemps et qui m'auraient dit "Ok Harry a réussi à vaincre Le Prince des Ténèbres, il a tout rangé dans sa vie et le monde qui est le sien. Voilà, on va tous bien, mais maintenant arrête de nous demander comment on se porte, ok ?"

Ca fait bizarre...

lundi, mars 21 2011

Sois poli si t'es pas joli

Lors de mon bref passage (d'un mois et demi) chez Groupama, comme standardiste, j'ai eu la chance, que dis-je l'honneur de cotoyer des êtres à part, pour lesquels je crois qu'il est possible de créer une catégorie spéciale, dans laquelle on rangerait tous ces individus, vus qu'ils sont dotés des mêmes caractéristiques principales et travaillent généralement dans le même service des entreprises.

Je m'explique.

De part ma maigre expérience dans le monde du travail, j'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises, et dans plusieurs entreprises "les mecs du courrier". Le service est facilement reconnaissable, déjà sans même rentrer dans l'antre des bêtes, le calendrier Pirelli ou consoeur plus trash est affiché sur la porte d'entrée. Alors je suis ouverte à tout hein, mais des gros plans sur des seins et/ou des chattes avec le combo silicone/photoshop... ben j'ai déjà vu plus agréable à regarder. Soit. Ne vous laissez pas rebuter par cette apparente banalité. Comme tant d'autres choses, ce n'est pas ce qu'il y a à l'extérieur, mais ce qu'il y a à l'intérieur qui compte...

A l'intérieur, c'est pire. Maintenant ca ne sent plus le tabac, c'est déjà ça, C'est pas très beau, il y a des posters et des cartes postales aux murs, du même goût que les calendrier de la porte d'entrée. De la carte postale avec de la fesse dessus... du poster avec de la fesse dessus... Et eux.

Eux. Les mecs du courrier. Souvent négligés et courts sur pattes, ils sont généralement aussi moches qu'ils sont vulgaires, et leurs cheveux sont aussi gras que leur humour. Et là c'est le festival de blagues vaseuses. T'sais c'est quoi la différence entre une pute et un enculé ? Non merci monsieur, au revoir. Non, mais je passe juste ici pour aller aux toilettes. Non merci je n'ai pas besoin que vous alliez aux toilettes avec moi. oui oui, j'ai un "fiancé".... Les sujets de conversations à base de "je la défoncerai bien cette salope" et de "Putain tu as vu le but du PSG" en disent long...

Bref, mes questions sont les suivantes. Chez vous aussi, les mecs du courrier sont-ils de parfaits rustres ? Ces hommes là sont-ils des rustres dans la vie, ou passent ils en mode préhistoire lorsqu'ils passent la porte du service ?

mardi, février 8 2011

Lettres d'insultes

Grisée par le tout récent achat d'un ouvrage tout particulier, dont je me demande à vrai dire s'il n'a pas été spécialement édité pour des connards dans mon genre, je m'en vais aujourd'hui vous recommander un petit livre, d'une 30aine de pages, qui mériterait vraiment d'en faire 300 de plus tellement il me fait me poiler. il s'agit de Lettres d'insultes, de John-Harvey Marwanny.

Est-il vraiment nécessaire de le décrire ? Je ne le crois pas

Morceaux choisis (mais brefs, parce que sinon vous n'aurez pas le plaisir de découvrir par vous même)

Si ca vous intéresse, je peux aussi vous envoyer un schéma permettant de réaliser un origami en forme de bite avec les brochures promotionnelles de votre putain de placement Placéo de mes deux - comme ça au mois, vous ne serez pas dépaysés quand vous vous les enfilerez dans le fion

Quelle déception lorsque ce matin, l'entraîneur d'haltérophilie de ma filer lui a expliqué que j'avais une chance sur 14 millions de gagner le gros lot a votre connerie de jeu chiasseux ! Une chance sur 14 millions ! Autant dire que j'ai plus de chances de me faire enculer par un castor pendant mon footing !

Franchement, si je m'écoutais je recopierais tout le bouquin, et en fait je n'ai pas mis là mes passages préférés mais seulement deux passages au pif, qui sont aussi drôles que le reste des lettres.
Vu le nom de l'auteur je fus toutefois dubitative. Je me suis surprise à penser que ces lettres n'ont pas été originalement rédigées en français. Par conséquent de quoi je m'empressai d'aller googler "John-Harvey Marwanny"... Et bien j'ai bien l'impression que si, c'est français, ou du moins francophone. Donc ben c'est cool. Ou alors je n'ai pas cherché assez loin. Ce qui est fort possible.

Très bientot, je vous ferai la joie, l'honneur, que dis-je l'extrème privilège, de poster ma propre lettre d'insulte. Qui sera vraisemblablement[1] adressée à mon collègue, qui à le don de me faire sortir de mes gonds à une vitesse proche de Mach 2[2].

ET OUI
JE SAIS QUE J'UTILISE UNE UNITÉ DE MESURE INAPPROPRIÉE OUI.

Oui j'ai demandé la police. Non je ne quitte pas.

Notes

[1] je sais jamais écrire ce mot du premier coup bordel de chiotte, pourquoi veux-je toujours rajouter un connard de C. FLUTE ET REFLUTE

[2] soit deux fois la vitesse du son pour ceux qui ne suivent pas. Non mais je ne suis pas la pour faire votre instruction. Cessez !

jeudi, juin 10 2010

Perspiration is an art

Avec le retour des beaux jours, que l'on a grandement mérité vu le mois de mai dégueulasse qu'on s'est tapé, vient le retour des aisselles mouillées et de la sueur qui pue. Glamour, je sais.

Mesdames, en plus de l'acidité normale de la sueur de vos aisselles, vous les malmenez à grands coup de rasoir, de crème dépilatoire ou de cire brûlante. Et ca c'est mal. Heureusement, nivea pense à tout pour votre bien-être et celui de vos aisselles. En effet, Mesdames, grâce au dernier déodorant calm and care de nivéa, vos aisselles et vous n'auront jamais été si douces.

En plus, c'est fait avec de la mamie lisse.
Si si, ils l'ont dit à la télé !!!

Aller, SALUT !

lundi, février 1 2010

ERRATUM

Héwi en fait parcours ça s'écrit jamais sans le s. Même sur internet, et même quand on est un gros radin bête. Tututtt... Pas professionnel tout ça :D

samedi, janvier 23 2010

Mummy Donkey Donk

Parcour : n.m. (ou peut être n.f. on sait pas trop mais a priori n.m. quand même...)

Mot qui voudrait dire parcours dans le Soviet Juif de Toulouse*,
(*dictionnaire privé d'un certain commercial, qui lorsqu'on l'a interrogé sur la véracité de ses propos a répondu et je cite "la vérité, mon amii, j'ai vérifiiié !". Notons l'absence de rouflaquettes sur cet individu dont la confession judaïque n'est jusqu'ici que supposée).
Prononcez à la fin un R court et tirant vers la jota espagnole, aucun lien, fils unique, dont l'écriture phonétique est la suivante /x/

Exemple:
Toi donner moi parcour militair.
Moi poser catapult là ou toi dir moi.
Toi mourire si pas dire parcour à moi.

A ne pas confondre, avec le parcours... puisque c'est pas la même chose... et avec le parkour (discipline sportive bizarre)

mercredi, janvier 20 2010

Waitrose charity tokens

Ce matin je suis allée faire des courses (haha intéressant, n'est-ce pas), j'ai acheté de la viande \o/ et du jus d'orange sans pulpe parce que les gamins aiment pas la pulpe (et Cécilia non plus, keur keur coloc). Et quelle ne fut ma surprise, lorsqu'à la caisse, le caissier m'a filé un petit jeton vert.
Un petit jeton vert, me direz vous ? Mais pour quoi donc faire ?

Eh bien mes amis je vous le donne en mille, pour aider des associations caritatives !

Alors là je me dis super classe, j'ai fait mes courses j'ai dépensé £20 (ouch) pour 3 morceaux de viande et 1,75l de jus d'orange sans pulpe, et une bouteille de sauce soja kikkoman, et en plus de la perspective joyeuse de festins bidochesques à venir, je fais une bonne action. Je me dirige donc vers l'urne et là, encore une surprise (décidément) j'ai le choix entre 3 boîtes, pour mettre mon jeton. Au dessus de chaque boite, le nom d'une association ainsi qu'un petit topo explicatif sont imprimés. Et alors là... Que faire ? Je vois bien qu'une des boites est vachement plus remplie que les deux autres, et donc betement, je mets mon jeton dans la boite la moins remplie, en me disant que du coup j'aide cette association... Me rendant bien compte que du coup je n'aide PAS deux autres associations...

Dubitative, je rentre chez moi et je vais voir sur internet pour en savoir un peu plus. Il s'avère qu'en fait, au terme de l'opération (je sais pas du tout combien de temps ca dure), chaque boite est pesée, et une somme de fric (à priori £1000) est divisée entre les 3 associations en fonction du poids du contenu de la boite (j'espère que je me fais comprendre...)

Du coup je me demande... Pourquoi le fric n'est-il pas directement divisé en trois parties égales entre chaque association ? Qui suis-je pour décider quelle association (qui ont toutes un but louable et généreux) mérite plus de fric que l'autre ?

Du coup, je me demande si je vais pas attendre d'avoir 3 jetons, et d'en mettre un dans chaque urne, ou si je vais pas refuser le jeton à mon passage en caisse, au risque de passer pour la nana qui veut pas aider une association, alors que je suis plutôt la nana qui refuse de défavoriser DEUX associations...

Quoi donc faire ??

Par ailleurs si quelqu'un connaît le gars qui gère la météo, vous pouvez lui dire ou lui envoyer un e-mail pour le prévenir que si cette saloperie de neige tient, je viens m'occuper de sa gueule et qu'il va se retrouver avec le nez dans la gorge. La pluie je peux supporter. Une autre semaine et demi de neige, c'est hors de question.

vendredi, mars 27 2009

Fiction - Part 5

Haha, je suis sûr que vous m'aviez oublié !

Bon je vous rafraichis la mémoire alors.
J'ai une Xantia, je porte du gel, j'aime aller au Seventies pour draguer les minettes avec ma grosse queue, et l'autre soir j'y étais avec Michel, mon thon de copain qui me permet d'être le bogoss des deux.
Or donc, l'autre soir, à la table à côté, y avait un groupe de 3 nanas, j'ai compris par la suite que deux d'entre-elles étaient célibataires, donc 2 proies potentielles. Une blonde avec un décolleté vertigineux, et une brune, avec des gros seins mais pas de décoletté.
WHAT A SHAME!
(C'est de l'anglais, ça veut dire quel dommage)
(Enfin je crois)

Les deux nanas se battaient donc effectivement pour le tabouret... puis finalement je leur en ai apporté un deuxième. Je me suis dis Jean-Clau' (c'est mon surnom au country club), c'est le moment de se la jouer gentleman (c'est de l'anglais ça veut dire ... ... euh.... Hum! passons).

C'est à la brune de jouer, elle se penche en avant pour tirer, son cul est à bonne hauteur et j'en profite pour la mater sans aucune gène... sauf que la blonde m'a vu, à fait un clin d'œil à sa copine qui s'est retournée. Elles sont télépathes ou quoi? Cette honte...

Je décide à l'umanimité ?,
l'umam ?,
l'unamini?,

... ?

Bref en accord avec moi même, je décide de la jouer indifférent pour quelques coups.
En plus les deux là, elles sont bien complices, elles sont ptet pas opposées au threesome (ça veut dire plan à trois, celui-là j'en suis sûr, je l'ai appris sur YouPorn)

jeudi, février 5 2009

Debriefing Paris - Bruxelles

Voilà alors je suis revenue de Paris et de Bruxelles ou j'ai passé la semaine dernière... Pour ceux qui savent, j'ai pas eu le job (de toute façon c'est un peu des tortionnaires), pour les autres tant pis.
Séjour très riche en émotions et qui m'a permis de voir encore une fois à quel point ma vie peut être chiante quand je pensais avoir déjà touché le fond.
Enfin soit, il parait que tout ça est cyclique. Donc bin vivement le prochain cycle hein merci.

I/ Paris

Alors voilà, je l'ai mauvaise.

Je suis pas réfractaire à cette ville par définition. Je suis une plouc de provinciale qui s'amuse a se perdre dans Paris parce qu'elle regarde pas les panneaux, qui par conséquent fait un trajet de 1h30 là ou elle n'aurait mis que 20 minutes si elle avait tracé tout droit... Qui perd ses tickets de métro et en utilise un nouveau à chaque station au lieu de gruger, comme tout le monde... Bref, c'est clair que génétiquement, je suis pas faite pour La Ville. Mais je partais pas avec un à priori...

OUAIS MAIS FRANCHEMENT les parisiens, bin j'ai du mal... !

Je ne m'étendrais pas plus longtemps sur le sujet... ça sert à rien.
Si les gens font la gueule, sont indécis, répondent à un bonjour enjoué par une moue étonnée, ne savent pas prendre de décision en moins de 20 minutes, et payent une pauvre piña colada la belle somme de 9€... Ne cherchez plus, vous êtes à Paris.

(Merci Raf')

II/Bruxelles

Rien à dire. J'aime toujours autant cette ville.
Sauf que je n'ai plus d'iPod, ni de portefeuille... Mon iPod il était bien...
Bon bin c'est comme ça.
Je retiendrai tout de même un certain nombre de choses...

Je n'aime pas les sushis, ça c'est sûr, j'aime les gaufres de Liège, (et par conséquent j'achèterai un gaufrier de la mort qui tue dès que j'aurais de nouveau un peu d'argent), il y a des personnes qui réchauffent le cœur mais pas toujours celles qu'on croit, et des gens dont on rêve mais qui ne valent la peine de pas grand chose, finalement.
Je dirais pour finir, que les promesses n'engagent que ceux qui y croient, et que j'ai hâte de revenir.

(Merci Hemm')

Restez connectés, parce que bientôt je serai ptet de nouveau de bonne humeur (En fait j'ai pas le moindre doute à ce sujet)

De toute façon, tout me saoule en ce moment...
"Comme quoi une femme sans amour c'est comme une fleur sans soleil... Ca dépérit."(Le Fabuleux Destin d'Amélie. Poulain)

lundi, janvier 5 2009

Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Aujourd'hui j'ai beaucoup ri quand Simon, qui était au collège avec moi, et qui habite le lotissement en face de la maison où j'ai grandis, m'a klaxonnée alors que je traversais la rue.

Ce mec là a passé sa vie à se foutre de ma gueule, quand j'étais gamine.
Aujourd'hui, il mesure 1m60, comme quand on était au collège, il écoute de la techno, à fond dans sa Golf tunée, et il me klaxonne quand je traverse. Et moi, bin je trouve que ma petite vengeance à véritablement un goût délicieux.

Alors je vous ai souhaité une bonne année. Maintenant il est grand temps de reprendre une activité normale.
La suite de ma petite fiction est en cours d'écriture, j'ai pas envie de putasser à nouveau sur les conasses de chez Air France, parce que ça ferait réchauffé, donc on s'en passera mais je n'en pense pas moins. En parlant de Air France j'ai mon entretien pour être PCB cet été en Février, les partiels que je n'ai pas bossés qui approchent ("j'pourrais faire péter des têtes"), j'attends un e-mail qui pourrait changer le cours de ma vie, je déménage...

Bref je devrais pouvoir trouver de quoi écrire pour ravir vos petites mirettes. Ou pas.

Ca m'a manqué.

dimanche, décembre 7 2008

Cher Journal.

Aujourd'hui j'écris un article parce que j'espère que vous attendez impatiemment la suite de ma fiction...
Et que comme j'ai décidé que j'aimais vous garder un peu en haleine, eh bien ce sera pas pour tout de suite.
La suite est en cours d'écriture.
('tain je comprends pourquoi elle a mis 15 plombes à les sortir les 7 volumes, la nana d'Harry Potter, c'est parce que c'est kiffant, les gens dans l'expectative)

Je vous écris aussi pour vous raconter qu'en Belgique il pleut, mais ça c'est de notoriété "commune".

Donc en fait je vous écris simplement pour ...

Bah pour rien en fait.

Bisous mouillés sous la pluie de Bruxelles.

lundi, décembre 1 2008

Fiction - Part 4

Mais quel boulet ce Michel ! Il fait des bons coups sans le faire exprès !
Oh putain la brune elle regarde. C'est mon heure de gloire. Inspire, expire...

Merde ! Fausse queue.
Apparemment elle m'a pas vu, elle glousse avec la blonde.
Attendez...
Je....
Je suis pas sûr de ce que je vois...
Je crois qu'elles se battent le tabouret ??

Fiction - Part 3

J'aime bien cet endroit, tu vois. La lumière y est cosy et l'ambiance tamisée. Ou inversement proportionnel ou égal.
J'suis trop drôle, parfois je me demande ou je vais chercher toutes ces blagues ! Non lecteur, je te vois venir... Pas dans mon cul !
Michel est arrivé, il commande sa menthe à l'eau, recupère de quoi jouer et on va se poser à une table.

Ouh putain y en a une bien là.

3 nanas ... Non 4 nanas? Ah merde, j'ai mal vu c'est un mec. J'suis vraiment bigleux ! Bon donc 3 nanas et un mec, en imaginant que ces nanas sont pas lesbiennes et qu'elles sont monogames, ça veut dire qu'il y a au moins 2 nanas dont le mec est pas là.
Putain la blonde elle a un décolleté de malade. On n'a pas idée de venir sapée comme ça au billard.

Vous allez voir mes jolies.

Fiction - Part 2

Putain y a foule ce soir. OH MERDE ! LE MATCH DE LA CHAMPIONS LEAGUE !
MERDE! Je l'avais complètement oublié. Avec un peu de chance, il repassera ptet demain sur Canal+Sport. Espérons.
Surtout, surtout, Ne Pas Regarder Le Score à l'Ecran ! Restons calme ! Alors il est ou ce blaireau ?

Encore à la bourre... Bon je vais me commander une bière. Qu'est ce qu'ils font de pas cher ici ?

Fiction - Part 1

Ce soir c'est décidé... Je chope au billard.
Petite chemise, ma préférée. C'est la blanche à rayures bleues. Putain qu'est ce que j'ai fait de mon Levis vintage?
Ah, il est là.
Ouh merde, vintage... il est un peu juste.
Bon c'est pas grave ça moulera mes fesses.

Ah vous êtes là ?
Pardon, je vous ai pas entendu arriver. Je me préparais parce que ce soir je sors. Enfin je vais jouer au billard dans un bar sympa en ville. J'ai téléphoné a Michel, c'est mon pote binoclard. Une vraie quiche ! L'idéal pour un mec comme moi qui veut séduire les minettes.

Il est moche, il a des lunettes vilaines comme lui, et il met même pas de gel. Alors que moi, le gel baby, ça c'est mon truc. En plus j'ai developpé une technique de balade au millard.

Ah non pardon je m'a trompé je voulais dire une technique de malade au billard.

Bref, ce soir poulettes, vous allez toutes flancher, et pour m'en assurer je vais porter la blinde de parfum. Il pue mais c'est pas grave. Vaut mieux sentir ça que la merde hein.

Alors... les clés de la Xantia et je trace.

lundi, novembre 17 2008

Chiale, tu pisseras moins.

C'est ce que mon père me disait tout le temps quand j'étais petite, et que je me mettais à pleurer alors qu'il s'époumonait. Ce soir c'est encore ce que je fais, parce que j'ai jamais cessé d'être une pleurnicheuse.

Pourtant ce soir j'ai passé la soirée avec mon père, qui s'est justement vanté d'avoir, ce matin même, fait mon éloge auprès de mon idiote de tante.
Comme quoi j'aurais muri et que nos rapports se seraient considérablement améliorés.
(Ce qui est vrai, soit dit en passant)
Et quand je lui ai répondu du ton le plus direct que c'était parce qu'il avait arrêté de me prendre la tête avec des conneries, et c'était une citation (malpolie, donc), il m'a calmement répondu qu'il n'avait rien changé à son comportement, et que maintenant j'avais grandi, et que j'étais une jeune femme équilibrée, et accomplie. C'était assez surprenant. Limite gênant. Oui mais il se trompe.

J'ai comme envie de te dire lol papa... Tu ne m'as jamais connue, c'est un fait, mais là quand même tu fais fort.
Tout ça part d'un très bon sentiment, alors je vais pas me moquer.

Je suis très accomplie, comme jeune femme. D'ailleurs j'ai tout ce qu'il me faut dans la vie...

  • Un appart' ou je me sens bien. Ou pas.
  • Un taff ou je me sens bien, ou un semblant de diplôme, ou une ébauche d'idée. Ou pas.
  • Un mec qui m'aime, ou au moins un qui m'aime bien. Ou pas.

Je vais pas continuer, je me fais déprimer.

Ce soir je pleure. Putes d'hormones.

jeudi, novembre 13 2008

La fin des tocs

Premièrement, je tiens à dire que le titre n'a rien à voir avec le contenu de l'article qui va suivre. C'est juste que j'écoute ce truc à la télé, et j'avais pas d'idée de titre.

Ensuite, je vous écris aujourd'hui pour vous annoncer la fin d'autre chose que les tocs (chatte, bite, PUTE !), en effet j'ai décidé d'arrêter de détester Le Chat - par contre je n'ai toujours pas dans l'intention de l'appeler par son petit nom.
Ca y est, je viens de comprendre d'où vient son mal-être, face auquel je ne puis qu'être compréhensive. Mal-être qui, rappelons-le, est la cause de la destruction de mes nasaux, et de l'odeur immonde qui infeste littéralement mon appart...

1- L'homosexualité

On le sait... Nous vivons dans une société qui juge les gens qui aiment les autres gens du même sexe que eux. ET C'EST PAS BIEN.
C'est pas parce que ce chat miaule comme une tapette, ressemble à une chatte, et est trouillard comme une tapette que l'on peut se permettre de juger.
C'est vrai quoi, comme nous tous, Le Chat doit avoir le droit de faire ce qu'il veut de son trou du cul.

2- L'envie d'ailleurs

Ce truc, chat - chatte - travestichat - whatever, est très triste.
Oui oui oui, parfaitement !
Il est très triste parce qu'il vient d'une grande maison à la campagne, avec un grand jardin... Et maintenant il est enfermé dans un appart. Qui pue le lui, mais un appart quand meme. Et moi, quand je le vois à la fenêtre (fermée) ou il passe sa vie, je me dis ça ne peut plus durer...

Mais comme c'est pas mon chat je le libère pas. Et je subis l'odeur.

Restez PEACE les gens. L'homosexualité chez les chats n'est pas un fléau.

mardi, novembre 11 2008

Oh, Marie si tu savais...

Alors voilà. Dernier jour au taff avant les congés de Noël (j'espère)...
Il faut quand même que je vous fasse partager la dernière découverte du personnel... Non parce qu'on ne parle que de ça au sol.
C'est nouveau, c'est tendance, et en plus c'est SUPER pratiique...

Il s'agit de Facebook.

Et oui. C'est tout neuf Facebook. C'est génial, on peut s'inviter à des soirées, et voir qui y va, pour savoir si on veut y aller, se parler de mur à mur, regarder les photos les uns des autres ou voir qui devient célibataire.

Bref, le truc trop trendy, trop neuf, trop fou.

Le must-have de la journée, quoi.

Merci à vous très chers collègues de m'avoir fait découvrir Facebook.
C'est fou ce qu'on peut faire dire à des gens qui croient que tu écoutes.

Laura B. vous envoie l'invitation Allez tous vous faire fister l'anus à grands coups de pelle et avec du tabasco
Tous des cons.

Et sinon voilà. Vive l'aéroport. Marie me casse les *ouilles et Mister T. rêve de me casser le dos. Ma vie est trop folle.

To shave the face

Je suis back! I am de retour ! (ouais, j'suis bilingue...)

Alors, alors, alors. Donc voilà. Mon voyage en Belgique c'était bien, j'en retiendrai quelques leçons (hum), anyway on s'en fout. Vous me manquez tous déjà, j'aime les baisers, c'est clair, mais bon faut être sérieux deux minutes, j'ai retrouvé Céci alors bon ça va bien quoi...

J'ai retrouvé Céci, disais-je donc, et on est allées voir le concert de Mademoiselle K(cliquez les coupains). La chanteuse est allumée, ça c'est un fait, qu'elle mette des pantalons trop petits en est un autre, et que le pauvre mec qui vient de Brooklyn, New York, et qui faisait sa première partie était un pauvre looseux d'alcoolique, équipé d'un batteur qui n'a pas de rythme en est encore un autre.

Le concert était génial. Vraiment super. (sauf la première partie mais je pense que vous l'aurez compris)

Le macDo juste après, c'était pas mal aussi. Enfin bref.

Petit message à l'attention du connard qui a bloqué ma voiture sur le parking de l'aréroport:

Espèce de malpoli.
Vous auriez pu imaginer que votre
voiture allait m'empecher de sortir
de ma place avant de vous garer ici.

Je vous ai laissé un souvenir sur
l'aile droite.

CONNARD. :)



Heureuse d'être rentrée, donc. Si vous vous demandez pourquoi ce titre, c'est la faute a Sweeney. Et au looseux de la premiere partie.