Life's a Cherrÿ tale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Langue de pute

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, avril 16 2012

Présidentielles

J-6

Dans 6 jours il faudra voter pour un des 10 clowns qui se présentent pour la présidentielle française. C'est le deuxième présidentielle pour moi, et c'est différent d'il y a 5 ans, pour deux raisons.

La première, c'est qu'il y a 5 ans je venais d'avoir le droit de vote, je ne connaissais rien à la politique, j'avais pas vraiment de connaissances sur tout ce qui concerne l'ISF, les lois sur l'immigration, les 35 heures, les congés payés. J'avais bien quelques notions, mais c'était plutôt des faits historiques tout frais dans mon cerveau de bachelière. J'avais aussi quelques avis, quand même, l'esprit critique qu'on me connait n'est pas soudainement apparu à 20 ans... Mais je ne me sentais pas concernée, je considérais que je n'y comprenais rien et que je ne ressentais dès lors pas le besoin d'exprimer mon avis. Je me souviens que je disais "je vais laisser parler les gens qui savent de quoi ils parlent".

C'était une erreur de jugement, en y pensant, surtout quand on constate l'étendue de la culture socio-politico-francaise des gens (y compris la mienne). En définitive j'ai réalisé qu'on ne pouvait pas connaître tout sur tout (THAT IS BRAND NEW INFORMATION), et qu'il fallait, à défaut, essayer de donner son avis en fonction des questions qui nous concernent.

La deuxième différence c'est le recul que j'ai pris par rapport à tout ça, en ayant vécu et en vivant maintenant hors du territoire français. Le fait que je travaille dans un journal (et m'intéresse donc plus à l'actualité) y est peut être aussi pour quelque chose, toujours est-il que vue de loin cette campagne est RIDICULE. Un rebondissement après l'autre, une attaque après l'autre tout ceci ressemble à une vaste blague.

Je pense par exemple à l'ampleur qu'a pris l'affaire de "Momo" à Toulouse. Des grands malades qui commettent des crimes religieux ça arrive malheureusement souvent, mais la psychose qui a entouré cet évènement m'a amené à me poser pas mal de questions. A Toulouse, les gens avaient peur de sortir de chez eux, le gars a été taxé de terroriste, le plan vigipirate écarlate a été mis en place. Chacun des candidats s'est prononcé sur la question, un petit mot sur l'insécurité, un sur le racisme, un sur l'immigration pour les connasses qui font l'amalgame entre couleur de peau et nationalité. Call me crazy mais c'est quand même une belle coïncidence que le mec aie été abattu pile un mois avant le premier tour... Surprenant aussi qu'aux abords de chaque campagne, un drame de ce type là se produise (il existe de nombreux articles sur le sujet).

Sans même rentrer dans ce débat là, comme je ne baigne pas dans la propagande pour la présidentielle, n'ayant pas la télé française ou la presse française sous la main, je lis quand même beaucoup d'articles, je regarde des meetings, je regarde les télés des différents candidats... Force est de constater que cette campagne est de l'ordre de la cour de récré, à grand coups de rapportage et de "ouais mais moi je". Le niveau des débats a-t-il toujours été si pauvre ? Les préoccupations importantes sont elles toujours ignorées au profit du marketing et de l'image ?

Finalement je vais ptet faire cette année ce que j'aurais du faire il y a 5 ans. M'abstenir.

lundi, mars 21 2011

Sois poli si t'es pas joli

Lors de mon bref passage (d'un mois et demi) chez Groupama, comme standardiste, j'ai eu la chance, que dis-je l'honneur de cotoyer des êtres à part, pour lesquels je crois qu'il est possible de créer une catégorie spéciale, dans laquelle on rangerait tous ces individus, vus qu'ils sont dotés des mêmes caractéristiques principales et travaillent généralement dans le même service des entreprises.

Je m'explique.

De part ma maigre expérience dans le monde du travail, j'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises, et dans plusieurs entreprises "les mecs du courrier". Le service est facilement reconnaissable, déjà sans même rentrer dans l'antre des bêtes, le calendrier Pirelli ou consoeur plus trash est affiché sur la porte d'entrée. Alors je suis ouverte à tout hein, mais des gros plans sur des seins et/ou des chattes avec le combo silicone/photoshop... ben j'ai déjà vu plus agréable à regarder. Soit. Ne vous laissez pas rebuter par cette apparente banalité. Comme tant d'autres choses, ce n'est pas ce qu'il y a à l'extérieur, mais ce qu'il y a à l'intérieur qui compte...

A l'intérieur, c'est pire. Maintenant ca ne sent plus le tabac, c'est déjà ça, C'est pas très beau, il y a des posters et des cartes postales aux murs, du même goût que les calendrier de la porte d'entrée. De la carte postale avec de la fesse dessus... du poster avec de la fesse dessus... Et eux.

Eux. Les mecs du courrier. Souvent négligés et courts sur pattes, ils sont généralement aussi moches qu'ils sont vulgaires, et leurs cheveux sont aussi gras que leur humour. Et là c'est le festival de blagues vaseuses. T'sais c'est quoi la différence entre une pute et un enculé ? Non merci monsieur, au revoir. Non, mais je passe juste ici pour aller aux toilettes. Non merci je n'ai pas besoin que vous alliez aux toilettes avec moi. oui oui, j'ai un "fiancé".... Les sujets de conversations à base de "je la défoncerai bien cette salope" et de "Putain tu as vu le but du PSG" en disent long...

Bref, mes questions sont les suivantes. Chez vous aussi, les mecs du courrier sont-ils de parfaits rustres ? Ces hommes là sont-ils des rustres dans la vie, ou passent ils en mode préhistoire lorsqu'ils passent la porte du service ?

samedi, janvier 22 2011

Deux mois plus tard

Deux mois que je suis ici.

Et ça va.

Si il y a encore des gens qui lisent ces pages je continuerai ptet à tenter tous les 3 mois de ranimer ce blog en vous racontant ma vie ici... Journal intime style quoi. Sinon j'abandonne...

ET JE ME LANCE DANS UN BLOG PHOTO.

Non je déconne. Mouarf.

mardi, mars 9 2010

De l'art de s'habiller comme un sac pour une fortune

Cette semaine se déroule un évènement absolument incontournable pour toutes les nanas qui ont de quoi s'offrir la dernière griffée Chanel ou Lagarfeld, en ce qui me concerne c'est surtout l'occasion idéale pour me moquer encore un peu plus de ce qu'il se fait d'affreux et cher chez les anorexiques j'ai nommé, la FASHION WEEK !

La première Fashion Week (semaine de la mode, pour les noobs) a été organisée à New York en 1943. L'évènement été alors tenu sous le nom de Press week (semaine de la ... Je vous l'donne Emile : PRESSE. Non parce que l'anglais c'est pas facile quand même). Elle avait été organisée pour détourner l'attention de la mode française (j'entends bien évidemment parisienne) pendant la 2nde guerre mondiale, vu que les gens ne pouvaient alors pas vraiment se rendre à Paris pour voir les dernières collections... Cet évènement n'était alors accessible qu'aux journalistes et pas aux acheteurs, et l'organisatrice, Eleanor Lambert, tendait à faire connaitre les stylistes américains, qui étaient complètement négligés par la presse. Suite à ce premier essai, qui fut une réussite, des magazines de mode tels que Vogue, qui débordaient d'habitude de créations françaises, ont augmenté leur intérêt pour les stylistes autochtones (mot compte triple). Les fashion Week les plus célèbres sont celles de New York, Londres, Milan et Paris, mais l'évènement s'est étendu à d'autres villes ou tout le monde a envie d'aller, telles que Beirut et Düsseldorf connue notamment pour sa moutarde et son boeuf mariné au vinaigre (miam miam).

Si vous aussi vous voulez savoir ce qui est trendy, et éviter à tout prix les fashion faux-pas tels que le port d'un soutif blanc sous un haut transparent noir, ou si vous voulez vous moquer des nanas qui défilent comme des bâtons coiffées de choucroutes colorées, surtout ne manquez pas cet évènement.

Défilé Hiver 2010/2011 - Vivienne Westwood.
Deux solutions... Ou, elle est visionnaire, ou c'est moche...

lundi, août 3 2009

Adopte un guignol

On le sait tous, les temps ont changé. Il paraît que les hommes et les femmes ont maintenant les mêmes droits au sens large du terme, et c'est dans cette optique qu'un concept novateur à été lancé. Il semble être efficace, en tout cas en France, puisque tout le monde depuis les weblogs jusqu'aux chaînes de télévision nationales en cause en ce moment. Il s'agit d'Adopte un mec, un site de rencontre, fondamentalement différent donc, créé pour les femmes, dans lequel elles sont celles qui traitent les hommes comme des objets... gnagnagna.
Pour mieux comprendre le sus-cité concept, imaginez que le clitoris est un petit pois, qui porterait un manteau.

Bref on y fait de charmantes rencontres, en ce qui me concerne je n'ai rencontré que 2 messieurs en plus d'un an (et c'est un choix de ma part et c'est pas parce que je suis une pauvre merde. Non pas du tout pas du tout) et ils sont très charmants tous les deux donc je ne regrette pas un instant.

Oui mais avec toutes les conversations qu'on est amenées à entretenir avec des hommes qui tentent douloureusement de nous séduire de manière boîteuse sans même nous connaître, vous devinerez aisément qu'on en voit des vertes et des pas mûres.

Au-delà de ça, vous connaissez mon goût archi prononcé pour la moquaison, le moquationnement ou encore l'art de me moquer de tout le monde. Ainsi, je ris allègrement de tous les pauvres types qui pensent tout connaître des femmes et du monde, du haut de leur grand âge (22 ans en moyenne, haha), qui me parlent d'économie et de gouffre socio-politico-culturel-de-mon-cul, ou autres pratiques sexuelles marginales trop fun-lol, alors que je cherche uniquement à vérifier s'ils sont sains d'esprit et potentiellement des bons coups parce que, let's face it, je ne pense pas pouvoir trouver l'amour sur un site de rencontre, et surtout pas celui-là

Au détour de ces nombreuses conversations, j'ai donc fait la connaissance (virtuelle) d'un type qui fait toujours la corrélation entre un évènement quel qu'il soit (du sourire de la boulangère à la couleur des yeux du chien de ma grand-tante Marthe qui aime les cacahuètes) et les problèmes économiques et politiques de la France. Pour reprendre une citation d'un film que j'adore, "ce mec est persuadé que quand il pète il fait chuter la bourse". Or donc, ça m'énerve, j'ai horreur de ça, je déteste parler de politique avec des gens que je ne peux pas insulter, et je me suis un jour surprise à la clowner en lançant la phrase suivante, d'un air pincé : "Non mais de toute façon la levrette c'est mauvais pour l'économie Francaise"

Alors je vous le demande, cher lecteurs. Est-il vraiment possible de dire que la levrette et l'économie française soient étroitement liées et que cette pratique sexuelle influe à la baisse sur le CAC40 ?

Les lecteurs de mon blog que je n'ai pas ajouté à mes amis facebook auront un bonus de 2,5 points sur leur copie, car les autres ont reçu le sujet de l'examen hier soir
Devoir facultatif - Vous avez 10 minutes.
Cordialement bisous.

(Les autres peuvent commenter des conneries à leur habitude :*)

lundi, juillet 13 2009

L'éco-responsabilité

Alors voilà, y avait longtemps que je ne m'étais pas arrachée pour me plaindre. Le jour est venu :D

En rentrant de Montpeul' avec ma maman et Cécilia on a parlé un peu d'éco-responsabilité... En fait on en a parlé beaucoup, et on s'est enflammé et tout. C'était cool.
Ca m'a inspiré un super gros coup de gueule... alors attention les yeux, je vais faire dire des trucs super méchants à des petits mots gentils qui n'ont rien demandé et qui ne voulaient qu'être des mots libres. En plus j'adore gueuler et ça fait trop du bien \o/

Par les temps qui courent on n'a pas fini d'en entendre parler, l'écologie est sur toutes les lèvres, et au cœur de tous les débats.

On trie nos déchets, on prend des douches moins longues plutôt que des bon bains brûlants, on paye des taxes supplémentaires pour l'éco-participation, on préfère les transports en commun ou le co-voiturage, on marche pour les trajets les moins longs...

Au début du mois de juillet de cette année, les autorités toulousaines ont décider de baisser la limitation de vitesse des dernières portion du périph' toulousain sur lesquelles on pouvait encore un peu se lâcher, de 110km/h à 90km/h sous couvert de raisons écologiques.
Personnellement, je trouve ça dommage, parce qu'a 90km/h on se traîne, surtout sur le périph', mais encore, si les raisons étaient vraiment celles qu'on prétend...

D'après le site du gouvernement, "les effets sur la qualité de l’air sont réels avec une baisse des émissions de 10 à 38 % selon les polluants. Par ailleurs, le trafic est plus fluide et le nombre d’accidents diminué."

Je n'ai hélas pas réussi à retrouver les chiffres exacts et dérisoires de la quantité de CO2 que cette mesure permet vraiment de ne pas rejeter dans notre atmosphère, mais j'ai par ailleurs appris que sur trois mois de limitation de vitesse, elle correspondait à la quantité de CO2 qu'émet un avion en 2 décollages, et 2 atterrissages. Quantité risible, donc, quand on sait que plusieurs dizaines d'avion partent de Toulouse chaque jour. (Et pour avoir bossé dans le dit aéroport, je peux certifier que la moitié d'entre eux sont LOIN d'être pleins quand ils s'envolent).

Alors je veux bien qu'il faille faire des gestes pour tenter de sauver notre environnement et l'air que l'on respire mais quand je lis des trucs comme ça, j'avoue faire trois fois le tour de ma culotte sans en toucher l'élastique.

Je me disais que si déjà on faisait décoller 10 avions de moins par jour, et par aéroport, on ferait atterrir 10 avions de moins par jour, et par aéroport.

Euh oui... mais surtout...
On préserverait la Terre d'une quantité de CO2 absolument hallucinante, mais ça ce serait mauvais pour l'économie, alors ça n'intéresse personne.

Finalement, je pense que ceux qui sont vraiment influents en ce qui concerne ce débat s'en tamponnent la pupille avec une patte de lama tétraplégique, et n'en parlent que parce que le sujet est très hype et qu'ils sont de sales hypocrites...
Et ma preuve ? C'est qu'ils se rendent à leurs super sommets du G8 et autres protocoles de Kyoto à bord de leur super jet privés qui coutent le montant du PIB de la Namibie multiplié par 12 et consomment l'équivalent de 300.000 voitures qui roulent un peu trop vite sur le periph' toulousain

Je pourrais parler longuement du sujet, des agriculteurs qui gaspillent allègrement l'eau parce qu'ils sont subventionnés par l'état pour planter des produits qui ne sont pas fait pour être cultivés dans notre climat, des industriels qui vendent quatorze mille fois plus chers des machins "verts" et autres produits "bio" que les gens sont prêts a payer le prix fort parce qu'ils ont l'impression de sauver la planète... mais je vais m'arrêter là.

Parce que sinon ça va chier.
Keur keur kikoulove les zamis.

mardi, mars 31 2009

Petite leçon d'insertion

Cet article, malgré son titre quelque peu évocateur ne parlera des différentes manière d'insérer une fitte dans une fatte, bien que nous sachions toutes que certains messieurs pourraient en avoir besoin...

NON NON NON !

Cet article parlera du fait que sur le périphérique les gens conduisent comme des putains de manches et mettent à chaque instant la vie des gens (et la leur aussi) en danger.

Alors voilà... J'avais envie de faire un petit rappel.

La voie d'insertion est la voie qui permet de rentrer sur le périphérique. Le périphérique, qui comme le code le stipule (bon, pas au mot près hein) est une route de 2*2 voies (ou plus) séparées par un terre plein, sur laquelle on peut circuler à 110km/h (à 90km/h à Toulouse). Anyway. La voie d'insertion, le plus souvent située à droite, elle est aussi appelée voie d'accélération, et elle permet deux choses :

- Premièrement, une accélération. C'est dans cette voie que l'on accélère pour pouvoir rentrer sur le périph à une vitesse suffisante pour ne pas gêner les conducteurs engagés.
- Deuxièmement déboîter à gauche pour pouvoir s'insérer sur le périph'. Ouais, comme dans insertion quoi... super original, bravo le code !

Alors voilà, moi ça me paraît évident, apparemment c'est pas la même pour tout le monde, mais le concept c'est effectivement accélération puis insertion.

Ainsi, il ne s'agit donc pas de déboiter à 40 km/h alors qu'on est suivi de très près par quelqu'un qui roule normalement.
Eh oui, une voie d'insertion ça s'utilise jusqu'au bout.

Bande de MOULES !

Une prochaine fois, je vous expliquerai peut-être pourquoi vous dérangez quand vous roulez sur la voie du milieu alors que vous êtes à 70 et qu'on vous double par les deux côtés (toujours pas d'allusion) ou pourquoi c'est dangereux de freiner au dernier moment (particulièrement sur le périph', ou quand on n'a plus de feux stop)



=====================

  • Everlong, tu es mort ?

Je n'sais toujours pas qui tu es....

vendredi, mars 27 2009

Fiction - Part 5

Haha, je suis sûr que vous m'aviez oublié !

Bon je vous rafraichis la mémoire alors.
J'ai une Xantia, je porte du gel, j'aime aller au Seventies pour draguer les minettes avec ma grosse queue, et l'autre soir j'y étais avec Michel, mon thon de copain qui me permet d'être le bogoss des deux.
Or donc, l'autre soir, à la table à côté, y avait un groupe de 3 nanas, j'ai compris par la suite que deux d'entre-elles étaient célibataires, donc 2 proies potentielles. Une blonde avec un décolleté vertigineux, et une brune, avec des gros seins mais pas de décoletté.
WHAT A SHAME!
(C'est de l'anglais, ça veut dire quel dommage)
(Enfin je crois)

Les deux nanas se battaient donc effectivement pour le tabouret... puis finalement je leur en ai apporté un deuxième. Je me suis dis Jean-Clau' (c'est mon surnom au country club), c'est le moment de se la jouer gentleman (c'est de l'anglais ça veut dire ... ... euh.... Hum! passons).

C'est à la brune de jouer, elle se penche en avant pour tirer, son cul est à bonne hauteur et j'en profite pour la mater sans aucune gène... sauf que la blonde m'a vu, à fait un clin d'œil à sa copine qui s'est retournée. Elles sont télépathes ou quoi? Cette honte...

Je décide à l'umanimité ?,
l'umam ?,
l'unamini?,

... ?

Bref en accord avec moi même, je décide de la jouer indifférent pour quelques coups.
En plus les deux là, elles sont bien complices, elles sont ptet pas opposées au threesome (ça veut dire plan à trois, celui-là j'en suis sûr, je l'ai appris sur YouPorn)

jeudi, février 5 2009

Debriefing Paris - Bruxelles

Voilà alors je suis revenue de Paris et de Bruxelles ou j'ai passé la semaine dernière... Pour ceux qui savent, j'ai pas eu le job (de toute façon c'est un peu des tortionnaires), pour les autres tant pis.
Séjour très riche en émotions et qui m'a permis de voir encore une fois à quel point ma vie peut être chiante quand je pensais avoir déjà touché le fond.
Enfin soit, il parait que tout ça est cyclique. Donc bin vivement le prochain cycle hein merci.

I/ Paris

Alors voilà, je l'ai mauvaise.

Je suis pas réfractaire à cette ville par définition. Je suis une plouc de provinciale qui s'amuse a se perdre dans Paris parce qu'elle regarde pas les panneaux, qui par conséquent fait un trajet de 1h30 là ou elle n'aurait mis que 20 minutes si elle avait tracé tout droit... Qui perd ses tickets de métro et en utilise un nouveau à chaque station au lieu de gruger, comme tout le monde... Bref, c'est clair que génétiquement, je suis pas faite pour La Ville. Mais je partais pas avec un à priori...

OUAIS MAIS FRANCHEMENT les parisiens, bin j'ai du mal... !

Je ne m'étendrais pas plus longtemps sur le sujet... ça sert à rien.
Si les gens font la gueule, sont indécis, répondent à un bonjour enjoué par une moue étonnée, ne savent pas prendre de décision en moins de 20 minutes, et payent une pauvre piña colada la belle somme de 9€... Ne cherchez plus, vous êtes à Paris.

(Merci Raf')

II/Bruxelles

Rien à dire. J'aime toujours autant cette ville.
Sauf que je n'ai plus d'iPod, ni de portefeuille... Mon iPod il était bien...
Bon bin c'est comme ça.
Je retiendrai tout de même un certain nombre de choses...

Je n'aime pas les sushis, ça c'est sûr, j'aime les gaufres de Liège, (et par conséquent j'achèterai un gaufrier de la mort qui tue dès que j'aurais de nouveau un peu d'argent), il y a des personnes qui réchauffent le cœur mais pas toujours celles qu'on croit, et des gens dont on rêve mais qui ne valent la peine de pas grand chose, finalement.
Je dirais pour finir, que les promesses n'engagent que ceux qui y croient, et que j'ai hâte de revenir.

(Merci Hemm')

Restez connectés, parce que bientôt je serai ptet de nouveau de bonne humeur (En fait j'ai pas le moindre doute à ce sujet)

De toute façon, tout me saoule en ce moment...
"Comme quoi une femme sans amour c'est comme une fleur sans soleil... Ca dépérit."(Le Fabuleux Destin d'Amélie. Poulain)

lundi, décembre 1 2008

Fiction - Part 4

Mais quel boulet ce Michel ! Il fait des bons coups sans le faire exprès !
Oh putain la brune elle regarde. C'est mon heure de gloire. Inspire, expire...

Merde ! Fausse queue.
Apparemment elle m'a pas vu, elle glousse avec la blonde.
Attendez...
Je....
Je suis pas sûr de ce que je vois...
Je crois qu'elles se battent le tabouret ??

Fiction - Part 3

J'aime bien cet endroit, tu vois. La lumière y est cosy et l'ambiance tamisée. Ou inversement proportionnel ou égal.
J'suis trop drôle, parfois je me demande ou je vais chercher toutes ces blagues ! Non lecteur, je te vois venir... Pas dans mon cul !
Michel est arrivé, il commande sa menthe à l'eau, recupère de quoi jouer et on va se poser à une table.

Ouh putain y en a une bien là.

3 nanas ... Non 4 nanas? Ah merde, j'ai mal vu c'est un mec. J'suis vraiment bigleux ! Bon donc 3 nanas et un mec, en imaginant que ces nanas sont pas lesbiennes et qu'elles sont monogames, ça veut dire qu'il y a au moins 2 nanas dont le mec est pas là.
Putain la blonde elle a un décolleté de malade. On n'a pas idée de venir sapée comme ça au billard.

Vous allez voir mes jolies.

Fiction - Part 2

Putain y a foule ce soir. OH MERDE ! LE MATCH DE LA CHAMPIONS LEAGUE !
MERDE! Je l'avais complètement oublié. Avec un peu de chance, il repassera ptet demain sur Canal+Sport. Espérons.
Surtout, surtout, Ne Pas Regarder Le Score à l'Ecran ! Restons calme ! Alors il est ou ce blaireau ?

Encore à la bourre... Bon je vais me commander une bière. Qu'est ce qu'ils font de pas cher ici ?

Fiction - Part 1

Ce soir c'est décidé... Je chope au billard.
Petite chemise, ma préférée. C'est la blanche à rayures bleues. Putain qu'est ce que j'ai fait de mon Levis vintage?
Ah, il est là.
Ouh merde, vintage... il est un peu juste.
Bon c'est pas grave ça moulera mes fesses.

Ah vous êtes là ?
Pardon, je vous ai pas entendu arriver. Je me préparais parce que ce soir je sors. Enfin je vais jouer au billard dans un bar sympa en ville. J'ai téléphoné a Michel, c'est mon pote binoclard. Une vraie quiche ! L'idéal pour un mec comme moi qui veut séduire les minettes.

Il est moche, il a des lunettes vilaines comme lui, et il met même pas de gel. Alors que moi, le gel baby, ça c'est mon truc. En plus j'ai developpé une technique de balade au millard.

Ah non pardon je m'a trompé je voulais dire une technique de malade au billard.

Bref, ce soir poulettes, vous allez toutes flancher, et pour m'en assurer je vais porter la blinde de parfum. Il pue mais c'est pas grave. Vaut mieux sentir ça que la merde hein.

Alors... les clés de la Xantia et je trace.

mardi, novembre 18 2008

Qui suis-je ?

Ou l'art de laver son linge sale en public.

J'ai des préoccupation très TRÈS sérieuses ... (hum)
Je subis toujours ce qu'il m'arrive et les seules initiatives que j'ai jamais prises allaient directement à l'encontre d'une personne que j'aime (amis, amours, osef).
Je suis toujours désolé(e), d'absolument tout, et je me victimise au possible dès que je le peux. Et même quand je ne le peux pas d'ailleurs, parce que j'ai une bonne imagination (pour ça en tout cas).
Rien ne va jamais bien, si tout va bien c'est pas grave, je raconte mes petits problèmes, j'en ressort des vieux, ou mieux ! j'en fabrique des nouveau (cf: l'imagination).
Les très rares fois ou ça va, j'en fais toujours trop. Mais j'ai un but... C'est pour emmerder quelqu'un.
Mon sourire pue souvent le faux, ou bien parce que je suis triste, ou bien parce que je n'aime pas la personne à qui je sourie, mais ne le lui dirai jamais ô grand jamais, parce qu'avec mes nombreuses qualités, je m'offre également le luxe d'être d'une lâcheté à toute épreuve.

Je suis, je suis ???

Tu es chiant(e), et tu m'agaces.

En tout cas moi je suis enervée.
J'vous laisse, je vais me brushinguer.
Merci d'être passés en tout cas.

mardi, novembre 11 2008

Oh, Marie si tu savais...

Alors voilà. Dernier jour au taff avant les congés de Noël (j'espère)...
Il faut quand même que je vous fasse partager la dernière découverte du personnel... Non parce qu'on ne parle que de ça au sol.
C'est nouveau, c'est tendance, et en plus c'est SUPER pratiique...

Il s'agit de Facebook.

Et oui. C'est tout neuf Facebook. C'est génial, on peut s'inviter à des soirées, et voir qui y va, pour savoir si on veut y aller, se parler de mur à mur, regarder les photos les uns des autres ou voir qui devient célibataire.

Bref, le truc trop trendy, trop neuf, trop fou.

Le must-have de la journée, quoi.

Merci à vous très chers collègues de m'avoir fait découvrir Facebook.
C'est fou ce qu'on peut faire dire à des gens qui croient que tu écoutes.

Laura B. vous envoie l'invitation Allez tous vous faire fister l'anus à grands coups de pelle et avec du tabasco
Tous des cons.

Et sinon voilà. Vive l'aéroport. Marie me casse les *ouilles et Mister T. rêve de me casser le dos. Ma vie est trop folle.

lundi, novembre 3 2008

Useless update

A tous ces gentils lecteurs, anonymes ou pas, qui sont mécontents du contenu superficiel de ce blog, j'ai envie de dire merde, et juste parce que je suis terriblement susceptible, et donc, par conséquent blessée dans mon amour propre (qui rappelons-le, est démesuré) je voudrais citer Wikipédia...

Un blog (mot-valise de web log) ou blogue est un site web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps, et souvent, classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premiers). Chaque billet (appelé aussi note ou article) est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires.

Alors voilà. C'était inutile, et c'était pour rappeler à certaines personnes que si d'autres blogs leur plaisent mieux, ou si le contenu de celui-ci ne leur plait pas... Il peuvent aller voir sur les autres blogs si j'y suis (et j'y suis pas). Parce que moi, ici, je compte bien continuer à raconter ma vie comme je l'entends.

A propos de raconter ma vie, aujourd'hui j'ai mangé un gâteau au beurre, et j'ai kiffé.

Bonne journée :)

mercredi, octobre 22 2008

Birthday boy \o/

Tout à l'heure, je me suis ENCORE faite accoster dans la rue. VDM
Oui encore, ça fait prétentieuse, hein? Ca n'a rien à voir.

J'vais tranquillement dans un magasin d'informatique, sombre lieu supposé être plein de boutonneux, grands timides et autres bégayantes personnes, pour acheter un câble d'alim' pour mon pc (que le précédent câble repose en paix). Je précise que je n'ai rien contre les sus-cités geeks... Comme il dit Didier, y'en a des biens. Quand SOUDAIN, j'entends derrière moi, ces deux mots que je ne peux plus entendre sans avoir des poussées d'urticaire: Hé mamoizelle !

Je me suis lascivement retournée, en souriant d'un air niais et réprimant TRÈS difficilement le coup de poing qui me brûlait les lèvres (xptdr ça existe pas comme expression)... Après m'avoir demandé mon prénom, il me répond banalement (haha) que je suis très charmante. C'en est trop... Fin de la discussion en ce qui me concerne..

Bref, je continue ma série j'aime pas les z'hommes. N'en déplaise à 'Haha' notre charmant visiteur de la dernière fois, qui ne s'est toujours pas fait connaître..

ARRETEZ DE M'APPELLER HÉ MAMOIZELLE ET DE ME DIRE QUE JE SUIS TRÈS CHARMANTE

Un peu d'originalité...
C'est vrai quoi...
Merde :(



Fort heureusement certains d'entre eux savent aligner deux mots de français... Je crois ?

Anyway, en parlant de mecs qui savent pas aligner deux mots de français, y à aussi ceux qui le parlent bien mais ne savent pas l'écrire et dont c'est l'anniversaire aujourd'hui. J'en profite alors pour faire des bisous et souhaiter plein de jolies choses à Gaëtan. Et ouais... Encore.

Trop dure la vie.

(Notez que mon blog évolue, j'ai souligné certains mots, j'en ai mis d'autres en gras. Trop fou t'as vu? WESH)

dimanche, octobre 12 2008

Oh what a night !!

Ce soir, j'ai de nouveau pris conscience de l'étendue de la malsainité de la gent masculine. Mais j'avoue que la fin de la soirée fut tellement mémorable qu'on pourrait presque (oui bon presque) les pardonner.

Plantage de décor... Céci et moi rejoignons Charlène a MacDo, ses copains étaient pressés, visiblement de pas très bonne humeur... Bref le sort a voulu que le chemin de ces types et le notre soient différents. Jusque là me direz-vous, rien de bien intéressant. Et non, en effet. Rien

Nous atterrissons donc dans un petit bar sympa (et bondé) dans lequel nous nous racontons nos histoires (avec les mecs...) pour finalement s'apercevoir que celui qui draguait l'une aujourd'hui avait dragué l'autre la veille, et que celui avec qui l'une sortait la semaine dernière s'était pris un râteau par une autre la semaine d'avant. Bref de la folie. Je vous le demande messieurs, et spécialement vous, messieurs les paranoïaques, jusqu'où irez vous?

Sachez que nous sommes dotées de la faculté de nous raconter des anecdotes. Et que nous nous faisons un malin plaisir de nous en servir. Alors je vous le dis (et la je ne vise pas la gent masculine mais plutôt les deux cons dont il est question, qui finiront par atterrir ici.), vous êtes des abrutis, doublés de pauvres garçons, et on vous souhaite bien de l'ennui, en Inde ou ailleurs, avec ou sans chien. Nous en tout cas, on s'est finalement bien marrées.

Et encore, la soirée ne s'arrête pas là....

(demain j'écrirai la suite. J'suis crevée, j'ai un pc à réinstaller. LOL )

Je voudrais simplement profiter du fait que ces messieurs ne me liront jamais, pour saluer sans aucun ordre, Sébastien, David, Olivier et Jérémie, pour nous avoir permis de nous poiler.