Life's a Cherrÿ tale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, août 3 2012

Le gouvernement québécois pour les crétins dont je fais partie

3 mois seulement après que j'en aie ENFIN fini d'entendre parler des élections en France...

Monsieur Charest, chef du parti libéral québécois et premier ministre du Québec, dont la côte de popularité se rapproche doucement de la limite de 1/x quand x tend vers plus l'infini décide de déclencher des élections.

Me revoila donc à nouveau en plein coeur d'une élection... sauf que cette fois je comprends rien a ce qu'il se passe...

Comme je BAIGNE (littéralement) dans toute cette marde à ma job, et aussi parce que je suis d'un naturel curieux, j'ai cherché à en savoir un peu plus et voici donc ce que j'ai compris:

Le fonctionnement des élections au Québec est limpide.

La politique au Québec et dans le reste du Canada si je m'abuse (gouvernements provinciaux et fédéral) est basé sur le système anglais, pays du Commonwealth tout ça. Il s'agit d'un régime parlementaire...

Alors le régime parlementaire a été inventé par les grands brittons il y a PFIOU une sacré lurette... tout le monde est familier avec le principe, n'est ce pas (je rappelle à nos amis apolitiques que la France n'est PAS un régime parlementaire, REVISEZ VOS CLASSIQUES), mais en gros, c'est comme un bon vieil échange de procédé, une cohabitation entre le Parlement et le gouvernement ou chacun a des droits et des devoirs l'un envers l'autre... (Je sais pas si pour vous c'est plus clair mais bon...).

Anyway les élections se déroulent en un tour, chacune des 125 circonscriptions vote pour son député. Dans chacune des circonscriptions, celui qui obtient le meilleur score (c'est à dire la majorité relative) est élu et ainsi sont distribués les 125 sièges de l'Assemblée Nationale (ou du parlement. Assemblée nationale et parlement c'est pareil... Faut suivre).

Le chef du parti qui a obtenu le plus de sièges au Parlement devient le Chef du gouvernement aka Premier Ministre.

Après ça il (ou elle !!!) forme son gouvernement. C'est à dire que PARMI les députés de son parti qui siègent à l'assemblée (donc, qui ont gagné dans leur circonscription), il invite ceux qu'il préfère, ceux qui lui ont bien léché les pieds et la femme avec qui il a couché un soir tout bourré parce qu'il l'avait prise pour Céline Dion... et il en fait des ministres, et ça ca s'appelle la corruption, mais c'est un tout autre sujet.

Ce qu'il se passe avec ce système c'est que celui qui est élu est rarement majoritaire.

Mettons que:

- le parti Duduche est élu avec 45 sièges,
- le parti Machin a obtenu 35 sièges,
- le parti de chose a 25 sièges
- et que le parti de bidule a 20 sièges,

Duduche devient premier ministre car il a la majorité relative, alors que l'opposition a 80 sièges....
Ca veut dire 64% des electeurs sont de l'opposition...

Je sais pas combien sont encore là après mes mathématiques... mais bon un gouvernement qui doit rendre des comptes à un parlement majoritairement opposant bonjour l'ambiance...

Et voilà.

Une fois le gouvernement en place, et sauf exceptions, le Premier ministre a 5 ans pour déclencher de nouvelles élections, et c'est ce qu'a fait Charest avant-hier... Donc le Québec est en élections.

J'espère que j'ai éclairé votre lanterne. Moi en tout cas je me suis comprise :D

lundi, avril 16 2012

Présidentielles

J-6

Dans 6 jours il faudra voter pour un des 10 clowns qui se présentent pour la présidentielle française. C'est le deuxième présidentielle pour moi, et c'est différent d'il y a 5 ans, pour deux raisons.

La première, c'est qu'il y a 5 ans je venais d'avoir le droit de vote, je ne connaissais rien à la politique, j'avais pas vraiment de connaissances sur tout ce qui concerne l'ISF, les lois sur l'immigration, les 35 heures, les congés payés. J'avais bien quelques notions, mais c'était plutôt des faits historiques tout frais dans mon cerveau de bachelière. J'avais aussi quelques avis, quand même, l'esprit critique qu'on me connait n'est pas soudainement apparu à 20 ans... Mais je ne me sentais pas concernée, je considérais que je n'y comprenais rien et que je ne ressentais dès lors pas le besoin d'exprimer mon avis. Je me souviens que je disais "je vais laisser parler les gens qui savent de quoi ils parlent".

C'était une erreur de jugement, en y pensant, surtout quand on constate l'étendue de la culture socio-politico-francaise des gens (y compris la mienne). En définitive j'ai réalisé qu'on ne pouvait pas connaître tout sur tout (THAT IS BRAND NEW INFORMATION), et qu'il fallait, à défaut, essayer de donner son avis en fonction des questions qui nous concernent.

La deuxième différence c'est le recul que j'ai pris par rapport à tout ça, en ayant vécu et en vivant maintenant hors du territoire français. Le fait que je travaille dans un journal (et m'intéresse donc plus à l'actualité) y est peut être aussi pour quelque chose, toujours est-il que vue de loin cette campagne est RIDICULE. Un rebondissement après l'autre, une attaque après l'autre tout ceci ressemble à une vaste blague.

Je pense par exemple à l'ampleur qu'a pris l'affaire de "Momo" à Toulouse. Des grands malades qui commettent des crimes religieux ça arrive malheureusement souvent, mais la psychose qui a entouré cet évènement m'a amené à me poser pas mal de questions. A Toulouse, les gens avaient peur de sortir de chez eux, le gars a été taxé de terroriste, le plan vigipirate écarlate a été mis en place. Chacun des candidats s'est prononcé sur la question, un petit mot sur l'insécurité, un sur le racisme, un sur l'immigration pour les connasses qui font l'amalgame entre couleur de peau et nationalité. Call me crazy mais c'est quand même une belle coïncidence que le mec aie été abattu pile un mois avant le premier tour... Surprenant aussi qu'aux abords de chaque campagne, un drame de ce type là se produise (il existe de nombreux articles sur le sujet).

Sans même rentrer dans ce débat là, comme je ne baigne pas dans la propagande pour la présidentielle, n'ayant pas la télé française ou la presse française sous la main, je lis quand même beaucoup d'articles, je regarde des meetings, je regarde les télés des différents candidats... Force est de constater que cette campagne est de l'ordre de la cour de récré, à grand coups de rapportage et de "ouais mais moi je". Le niveau des débats a-t-il toujours été si pauvre ? Les préoccupations importantes sont elles toujours ignorées au profit du marketing et de l'image ?

Finalement je vais ptet faire cette année ce que j'aurais du faire il y a 5 ans. M'abstenir.

vendredi, mars 30 2012

L'évènement du jour

C'est la remontée des scores du président sortant, Monsieur Sarkozy, dans les sondages, qui le donnent en tête au premier tour de la présidentielle d'après un sondage CSA.

Non je déconne.

L'évènement du jour c'est bien évidemment beaucoup plus intéressant et ça parle bien évidemment beaucoup plus de moi. JE DÉMÉNAGE.

Enfin quoi. Je vais vivre dans un nouvel appartement, mais je ne déménage moi même pas beaucoup, puisqu'au moment ou nous parlons je suis en train de bloguer, depuis le taff, alors que Nico gère les déménageurs qui portent tout notre bazar de l'ancien vers le nouvel appartement. OUI OUI. les déménageurs. Si ca c'est pas décadent. Je suis d'ailleurs émerveillée par la quantité de merde qu'on a réussi à accumuler en si peu de temps. AMAZING. Alors au programme des réjouissances, ptet des photos de l'appart ? Ou alors j'vais attendre qu'il soit un peu plus meublé... Je sais pas.

Comment va la vie ? Bien. Je bosse depuis plus d'un mois à la rédaction d'un quotidien a Montréal (le plus lu hihi) Le Journal de Montréal. Je suis assistante et j'ai bien du plaisir a occuper cette fonction. Je me marre, l'équipe est sympa, le job intéressant, le cadre stimulant. Si mes plans se déroulent sans anicroche je serai rédac chef dans à peu prés 10 jours. Hm.

Je rencontre des gens, ma vie sociale reprend du service, je recommence à écrire aussi, lentement mais surement et ca m'avait beaucoup manqué. Je crois que le fait de lire les journaux est une grande source d'inspiration. Je lis les chroniques des journalistes opinions, de ceux qui sont payés pour troller dans un journal quotidien (ET BIEN PAYÉS EN PLUS!!!!!!!) et je me dis qu'ils ont là un job de rêve.

Cependant j'ai beau être une des plus grosses chialeuse (pour reprendre une expression locale) que la terre aie porté, je me demande si je serais en mesure de trouver chaque jour une raison pour me plaindre (ou du moins donner mon avis).

Affaire à suivre ?

samedi, novembre 5 2011

Le defi d'écriture

Suite aux menaces intensives de mon meilleur copain, je suis actuellement en train de participer à un défi d’écriture qui s'appelle le NaNoWriMo "National Novel Writing Month".

Le principe est simple: beaucoup de gens ont un jour entrepris d’écrire un roman, peu de gens l'ont fait, la plupart du temps parce qu'ils se sont découragés en cours de route, au fil des nombreuses relectures ou à défaut de temps. Je fais pas partie de ces gens, parce que j'ai déjà écrit un roman. Bon, j'étais au collège, mais quand même, ca compte !

Ce défi propose aux participants d’écrire un roman de 50 000 mots au moins sans se soucier de l'orthographe ou la mise en page, en un mois et pas une minute de plus, avec l'avantage (assez conséquent) de savoir que des milliers de personnes font ça en même temps que toi, que des milliers de personnes vont terminer et que tu pourrais en faire partie. Pas d'appât du gain pour ce concours, juste un défi à réaliser pour soi même. J'aime bien le concept alors après une dure négociation avec Rafik, et malgré le vide intersidéral que constituent en ce moment mon cerveau et mon imagination, je me suis inscrite.

J'ai reçu (comme tout le monde je présume) un mail d'une participante qui explique qu'elle est d'une timidité maladive, et qu'elle a enfin réussi à se soigner quand elle a pris goût à la montée d'adrénaline que lui procurait le simple fait d'ouvrir la porte lorsque quelqu'un sonnait chez elle. Malgré ce qu'elle décrit comme des sueurs, des rougeurs et des tremblements, elle ouvre la porte et affronte cette inconnue. Non, pas nécessairement la personne derrière la porte, mais plutôt l'inconnue de savoir qui s'y trouve, et comment ça va se passer. Bref dans son long pavé elle compare le fait de poser sa main sur la poignée et d'ouvrir la porte au fait de se lancer à l'écriture d'un roman.

Effectivement une fois que je me suis lancée les mots ont coulé sur le clavier à une vitesse que je ne soupçonnais pas, c'était prenant et exaltant. Une héroïne est née, avec ses traits de caractère, son entourage et le décor dans lequel elle évolue. Est née aussi une vague idée, un style, une ambiance que j'ai envie d'apporter à mon histoire. Rafik, encore, m'a suggéré une idée pour la suite, dont je vais surement me servir, faute de mieux. Plein de petits bourgeons dans ma tête, mais aucune fleur pour l'instant, car je suis maintenant bloquée, après ce début si prometteur de 1000 petits mots...

Je me vois confrontée à ce qui est peut-être un de mes principal défauts: ma sale tendance à ne jamais finir ou même continuer ce que j'entreprends, souvent, je l'avoue, par manque de confiance (ou ce que j'aime lâchement taxer de perfectionnisme). La preuve, maintenant que j'avais décidé de m'y mettre, c'est sur mon blog que j'écris, alors que c'est d'habitude cette tâche que je délaisse. La procrastination c'est tout un art.

Plus que 49 000 mots, et 25 jours. Stay tuned.

mardi, août 30 2011

Encore une.

Encore une page qui se tourne.

Au rythme auxquelles elles tournent dernièrement, je commence à craindre les courants d'air. Mais c'est bien. C'est positif.

Ce soir j'ai quitté pour la dernière fois le petit nid que je m'étais fait dans l'appartement parisien de mon chéri, que je détestais par dessus tout essentiellement à cause des 6 étages qu'il me fallait grimper au moins une fois par jour, depuis maintenant quelques mois. Alors ouiiii, ca m'a raffermi les fesses, oui ca pouvait me faire que du bien. OUI JE SAIS. Mais c'est pas la question.

On part, loin, et longtemps. Dans 12 jours les amis je vivrai au Canada avec mon ours brun.

Je compte bien vous raconter tout ça au fur et à mesure, et puis bon j'essaierai de vous écrire des conneries aussi des fois. C'est encore ce que je fais de mieux.

Stay tuned :)

mardi, août 2 2011

Le naturisme pour les nuls

Avec un titre pareil pas la peine de tergiverser. Oui, tergiverser, mon compte triple, je sais, j'allais dire tordre du cul pour chier droit mais c'est moins classe.

Bon et donc, j'ai faiit un truc de fou le week-end dernier dernier: je suis allée aux termes de Spa.

AMAZING!

Tu te tais le bilingue tu te tais.

J'étais dans le hammam "textile" quand cette idée saugrenue m'a pris. Je voyais pas à 20 centimètres, j'étais ennivrée par des odeurs de menthe poivrée et, allongée sur un banc brûlant, sous le ciel électirquement étoilé. Le constat était plus qu'évident. "Putain ce serait le pied si j'étais à poil".

Et me voila partie.

Entre le moment ou tu rentres dans un espace naturiste et le moment ou tu es planquée dans la pénombre ambiante d'un hammam, il se passe quelques étapes évidemment, et c'est la le coeur du problème... Mais une fois déshabillée et dans la vapeur d'eau, je me suis rendue compte que je ne distinguais pas le moidre visage, ni si les gens qui etaient là étaient des hommes ou des femmes. Dès lors, qui en a quelque chose à faire de la circonférence de mes cuisses?

Personne.

Dans mon élan d'héroïsme j'ai décidé de pousser l'expérience plus loin, et de braver la lumière du jour, et mon pire ennemi: le regard des gens.

Quelle ne fut ma surprise, de découvrir des femmes, des hommes, des poils, des épilations impeccables, des ronds, des fins, des jeunes des vieux, des vieux, des flasques, des petits seins, des gants de toilettes... Des gens de toute taille-forme-couleur-coefficient de viscosité, qui avaient tous un point commun. Etre nu, et s'en satisfaire. Je serais curieuse de connaitre la proportion de gens qui se faisaient violence pour ne pas voir les défauts qu'il se trouvent, mais tout ce petit monde etait harmonieux, nu et beau.

Et c'était COOL.

lundi, juillet 25 2011

Enough with the Friends' titles.

A la fin du mois de mai, mon chéri et moi avons été en Irlande. Fort bien, et alors me direz-vous ? Mais j'y viens petits impatients.

J'ai eu l'occasion de revivre mon rêve de l'année dernière (quand j'étais fille au pair) à savoir SHOPPER CHEZ hmv.

Les finances étant ce qu'elles étaient à cette époque, je n'ai pas pu dépenser les quantités impressionnantes de fric que je dépensais l'année dernière avec mon salaire misérable de babysitter, mais le plaisir était toujours là. Mais je vous saoule. Vous vous demandez où je veux en venir et pourquoi je vous ennuie avec mes histoires de shopping ? Je sais que vous avez peur que je vous sorte mes photos de vacances. Vous avez peur hein ? HAHAHA hé ben non, ma carte SD a mouru alors bon même si je voulais...

ANYWAY, straight to the point, I got my self the putain d'intégrale de Sex and the City pour 40 euros. C'est pas à la FNAC que ça arriverait mais je l'ai déjà dit et ce n'est pas le point. Et bon, le fait est que, ça ne me fait pas que du bien, déjà parce que Carrie elle a que des problèmes, qu'elle se fabrique de toutes pièces et que c'est relou (on dirait moi mais en pire), et puis aussi toutes les quatre sont des cas sociaux ambulants, et putain de bordel de merde... on s'identifie... Et c'est mal. Qui veut s'identifier à un cas social ? Alors à quatre cas sociaux ?

Bref toutes les questions que se posent régulièrement ces 4 folles, on se les pose quand on regarde cette STUPIDE série (que j'adore).

Et bon voilà, en regardant un épisode aujourd'hui (oh who am I kidding j'ai regardé 6 épisodes aujourd'hui !!) j'ai réalisé que je suis trop forte pour la vie à deux. Ça fait plus de neuf mois que je vis en couple. Bordel si on m'avait dit y a un an que j'allais vivre avec lui, faire à manger, lui faire la guerre pour la lunette des chiottes ou le linge sale, j'aurais dit (et je l'ai sûrement dit à Cécilia y a qu'elle pour me faire chier avec des histoires à la con) "TU TE FOUS DE MOI ??".

J'ai 22 ans, je suis diplomée, et je vis en couple. Oui, au fait, je suis diplomée.

jeudi, juillet 7 2011

The one with all the stupid questions.

C'est incroyable le nombre de questions débiles que je peux me poser... En permanence.

Par exemple, quand je me regarde dans une vitre dans la rue, je me demande si quelqu'un, derrière la vitre, se dit que je suis une moche égocentrique. Ou quand je monte dans le métro, que je m'assois et que je prends plus de place que la maigrichonne trop bien gaulée, je me demande si elle se dit "Putain fait chier cette grosse". La nana de la médecine du travail qui m'a demandé si j'avais des problèmes de santé "hormis mon surpoids" n'a rien arrangé à mes nombreux complexes...

J'en suis arrivée à la conclusion que je ne me pose que des questions liées a mon physique ingrat, ou mon manque total de confiance en moi. Ou les deux ? Comme vous pouvez le constater, la résolution que j'ai pris en écrivant mon précédent article n'a pas tenu bien longtemps. Après tout... Y a des gens qui me lisent ici, ne mentez pas j'ai les statistiques ! Conséquemment, j'ai décidé que j'allais faire ma thérapie ici, toute seule mais avec "vous" au lieu d'essayer de tenir mon chéri éveillé avec des questions plus stupides les unes que les autres...

C'est à dire absolument ESSENTIELLES.

En punition, parce que je suis une vilaine fille, de me mettre des idées si stupides dans la tête, j'ai décidé de faire des lignes.

Non m'enfin pas ici ! ... c'est humiliant.

Bon. Parlons peu, parlons bien, et d'une question pas stupide, pour une fois. Vous voudriez lire quoi sur mon blog ?

mardi, juillet 5 2011

The one that could have been.

Comme l'a si justement fait remarquer Cécilia dans un de mes précédents articles, j'ai changé un peu le format WTFesque des titres de mes articles pour leur donner le format de ceux qu'avaient les épisodes de ma série préférée, j'ai nommé Friends.

J'espère que si ça vous plaît, et si çà vous plaît pas c'est dommage parce que jusqu'à ma prochaine phase de mutisme (au moins) cela restera comme ça.

Aujourd'hui je me demande, en référence à l'épisode qui est probablement mon préféré, certainement parce que c'est le premier que j'ai vu en anglais, qu'est ce qu'il serait advenu de moi si j'avais pris des décisions différentes.

Rachel se demande ce qu'il se serait passé si elle s'était mariée avec Barry. Ross se demande ce qu'il se serait passé si Carol n'avait pas réalisé qu'elle était lesbienne, Monica, ce qu'il se serait passé si elle était restée grosse, Joey, si il n'avait pas été viré de Days of our Lives, Chandler, si il avait eu le cran de quitter son job et Phoebe, si elle avait accepté le job de trader.

So anyway (ouais je mets de l'anglais dans mon français, c'est chiant mais c'est pas nouveau)... Sans pousser ma réflexion jusqu'à la création d'un épisode de sitcom, je m'interroge. Et si...

- J'étais toujours avec mon premier amour
- Je n'étais pas partie si tôt de la maison
- Je m'étais mieux entendue avec mon père
- J'avais grandi avec ma mère
- J'avais choisi d'aller en L comme on me le recommandait et pas en S pour tenter d'impressionner mon père
- J'avais terminé mon DUT Chimie....

La liste est longue.

Si "..."Je serais mariée avec des enfants beaux mais obsédés par des trucs chiants et/ou qui font du bruit et/ou prennent trop de temps et de place tel que des fourmis ou un aéroglisseur, je ferais l'amour le dimanche... De Pâques, parce que je passerais les autres dans ma belle famille, je n'adresserais plus la parole à mon père et à ma mère, je serais une philosophe ou une technicienne chimiste aigrie.

Je crois que ce que j'essaye de (me) dire, c'est que je m'en sors pas si mal comme ça en définitive. Et comme le dit Rosita Dolores Sierra, la grande Poétesse ou plutôt cet utopiste de philosophe qu'est Pangloss dans Candide de Voltaire:

"Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles ; car enfin, si ... vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches.
- Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin.".

Non mais pour qui elle se prend cette connasse avec ces citations de merde qui datent du Bac de Français? ? Relax, la culture c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale.

En parlant d'ça, demain j'ai les résultats de ma seconde session. F34R !!!

lundi, octobre 11 2010

Le nouveau régime révolutionnaire

C'est l'automne, les jours se raccourcissent, on commence à se les peler velu et ca tombe bien parce qu'on n'a plus besoin de s'épiler (aucun lien, fils unique).

L'été est fini et pourtant une tendance en vogue de la collection printemps-été 2010 résiste encore et toujours à l'envahisseur : Le régime Dukan. N'étant pas nutritionniste, je ne vais pas m'étaler sur mon opinion par rapport au sus-mentionné régime, bien que, vous vous en doutez, j'aie une opinion, mais étant quand même une nutritionnée (comprendre ici: quelqu'un qui doit manger pour survivre), je suis fascinée de voir à quel point les gens sont capables de mettre leur santé en péril pour quelques malheureuses rondeurs qui sont souvent très agréables à regarder, et qui ne seront quoi qu'il en soit jamais exterminées par la pratique d'un régime aussi dangereux que celui là, mais soit.

J'en ai moi même discuté avec une dame qui a testé une technique bien meilleure, car plus radicale. Elle écoule des jours heureux avec le docteur Guillaume Dukon, auteur du best-seller "Je ne sais pas maigrir mais je t'emmerde parce que j'aime le gras et j'ai une meilleure solution pour perdre du poids que de me gaver de viande maigre jusqu'à en perdre le goût pour la vie", et elle nous livre ici sa technique préférée, la Gastro Entérite.

"Alors le plus simple c'est de commencer par une petite indigestion. La flore intestinale est généralement bien fragilisée par des aliments épicés, mais si vous avez un estomac en béton, vous pouvez toujours tenter de manger des objets avariés, tel que du poisson périmé ou plusieurs même. Car comme vous le savez, la gastro est une infection due à des bactéries qui existent dans plusieurs milliers de versions différentes, et ca tombe bien, comme ça on peut la choper plus facilement. Si toutefois vous ne parvenez pas à trouver l'une de ces bactéries dans les aliments que vous ingérez vous pouvez aussi cessez de vous laver les mains, et aller les chercher sur les poignées de portes de toilettes d'une gare malfamée, ou, plus fancy, sur les barres auxquelles on est sensés se tenir dans le métro parisien. Oui, parce que les bactéries se transmettent en cas de mauvaise hygiène. Non mais il faut le savoir. Si vous êtes serviable, et que vous avez réussi à développer votre propre gastro entérite, vous pouvez la transmettre par de longs baisers langoureux, ou par, pourquoi pas, un coït avec souffles chauds et baisers langoureux ?! Autant joindre l'utile à l'agréable !!

Alors oui, évidemment, prendre du smecta ca ne fait envie à personne, parce que, let's face it, c'est dégueu, mais soyez rassurés, car ils ont rajouté un petit arôme fruité, qui permet une ingestion moins désagréable.

Ouais j'ai maigri, a déclaré l'intéressée, c'est génial, j'avais faim mais je ne pouvais pas manger. Mais le mieux, c'est quand même que je passais mon temps à chier en spray"

Classy, n'est pas ? Et pratique en plus.

Dukan, c'est so printemps été... Vous aussi, optez pour le régime de cet automne hiver...

jeudi, juin 10 2010

A cette station, descente à gauche

Et voilà, finalement, retour à la normale.

Qu'est ce qu'il s'est passé depuis tout ce temps ? Je suis rentrée d'Angleterre, ai repris possession de ma chambre, rangé ma chambre, passé mes partiels et remis le bordel dans ma chambre avant de partir passer une semaine et un peu plus à Paris. Outre le rythme dans cette ville un peu trop peuplée et les gens qui font la tête dans le métro, force est de constater que je me suis habituée au bordel ambiant qui règne dans cette ville qui ne dort jamais... A part peut être le dimanche soir.

Je n'ai vraiment rien à raconter a part ça. Et c'est grave :/

Je suis allée à Beaubourg avec ma copinette Marjo qui ferait mieux de se trouver un taff par chez nous plutot que de continuer a vivre chez les fous... Mais bon bref on est donc allées voir le musée (donc les étages 4 et 5), qui abrite la collection permanente et une exposition qui s'appelle "elles" et qui présente des œuvres de tout genre, mais créées par des dames (généralement bien cheloues d'ailleurs) (les oeuvres, pas les dames) (enfin ptet que les dames aussi hein, c'était pas marqué sur les écriteaux). Bref donc 4eme étage a base d'œuvres contemporaines lumineuses, bruyantes et surprenantes. J'ai, entre autres choses, pour ma plus grande joie, visité la trachée d'une jeune femme ma foi fort poilue du pubis ou marché sur une œuvre. Et puis au 5eme j'ai vu des Picasso, des Matisse et du Kadinsky. ET ! Le fameux, celui qu'on n'a plus besoin de présenter, le monochrome bleu d'Yves Klein, qui m'a laissé une impression de... de quoi ?
Quelque chose d'à la foi frustrant et étonnant. L'impression de ne rien comprendre aussi ?

Alors je me suis un petit peu renseigné (comprendre, j'ai googlé et wikipedié), et j'ai appris que la toile est d'un bleu que le monsieur a créé, et qui s'appelle International Klein Blue (IKB), et que ses monochromes tendent a représenter une unité absolue... blablabla. Tout ce que je sais c'est que j'étais plantée là, face à ce truc qui ne me faisait pas ressentir plus de trucs que la pub de l'iPad ou du son Bose (j'en peux plus de ces deux pubs putain, j'ai l'impression qu'elles me suivent). Anyway, ma conclusion c'est que de contempler de l'art, c'est pas très bon pour l'égo, parce que je me suis sentie ignare, mais que bin voilà, c'est quand même éprouvant, et qu'en plus c'est gratuit pour les moins de 26 ans qui sont ressortissants de l'UE, donc, c'est BIEN !

Oui oui, tout ça pour ça !

Prochaines étapes, cherchage de travail, et puis encore aller à Paris, et puis trouver du travail, je l'espère.

Voilà.

lundi, février 1 2010

ERRATUM

Héwi en fait parcours ça s'écrit jamais sans le s. Même sur internet, et même quand on est un gros radin bête. Tututtt... Pas professionnel tout ça :D

samedi, janvier 23 2010

Mummy Donkey Donk

Parcour : n.m. (ou peut être n.f. on sait pas trop mais a priori n.m. quand même...)

Mot qui voudrait dire parcours dans le Soviet Juif de Toulouse*,
(*dictionnaire privé d'un certain commercial, qui lorsqu'on l'a interrogé sur la véracité de ses propos a répondu et je cite "la vérité, mon amii, j'ai vérifiiié !". Notons l'absence de rouflaquettes sur cet individu dont la confession judaïque n'est jusqu'ici que supposée).
Prononcez à la fin un R court et tirant vers la jota espagnole, aucun lien, fils unique, dont l'écriture phonétique est la suivante /x/

Exemple:
Toi donner moi parcour militair.
Moi poser catapult là ou toi dir moi.
Toi mourire si pas dire parcour à moi.

A ne pas confondre, avec le parcours... puisque c'est pas la même chose... et avec le parkour (discipline sportive bizarre)

mardi, novembre 17 2009

Rha putain le coq il a sonné.

Le coq a sonné et j'ai toujours pas dormi.

Comme j'ai passé la nuit à chercher de quoi je pourrais bien vous entretenir sur ce blog avant qu'il ne moisisse complètement et que je perde à tout jamais les 2 lecteurs et demi qu'il me reste, je vais vous parler d'une super invention trop hi-tech, dont on oublie bien trop souvent de parler: LE COQ.

Mais le coq, vous croyez que vous savez c'est quoi, mais en fait NON.
Le Coq a été inventé en -1862, par un mec qui n'arrivait pas à dormir, et qui pour s'occuper, et parce qu'il se pelait sévèrement les couilles a 5heures du matin mais il savait pas quelle heure il était parce que les montres ça n'existait pas encore, a entrepris la délicate tâche que de se confectionner une couette en plumes. Qui l'eût cru ? Pas vous, j'en suis sûre. Bref toujours-est-il qu'épiler un coq quand on n'est même pas en mesure de le localiser n'est pas une mince affaire. C'est la raison pour laquelle, aux premières lueurs du jour, quand notre gus à réussi à choper cet enculé de gallinacée, ou "galliforme", il lui a tiré sur les plumes très très fort et le coq a crié et du coup les autres gens, ils ont cru que c'était l'heure de se lever. Comme les choses sont bien faites le coq à crié au moment ou le jour se levait, les autres coq ont cru que c'était la nouvelle règle si on voulait pas avoir le cul rempli de châtaignes pour le diner de Noël et ainsi va la vie.

Tous les coqs chantent au lever du soleil depuis ce triste évènement.
Comme parfois ils sont enroués on a depuis créé des réveils matin, qui ont l'avantage d'afficher l'heure, la plupart du temps en analogique, et en plus on peut régler la station de radio avec laquelle on veut être réveillé... Bref le pied quoi. Les coqs ils ont jamais eu cette fonctionnalité. ON PROGRESSE MES AMIS, ET CA C'EST BIIIEN.

Wikipédia nous informe

Selon les langues et les pays, la transcription phonétique de son chant prend des formes très différentes. Le chant du coq est inné, il n'est pas appris.

* En français, le chant du coq est traduit par l'onomatopée Cocorico !
* Cock-a-doodle-doo en anglais
* Quiquiriqui en espagnol
* Kikeriki en allemand
* Kokeriko en espéranto
* Cucuriguuuu en roumain
* Cocorococo en portugais (cocoricó au Brésil)
* Ake-e-ake-ake en thaïlandais
* Kuk-kurri-kuuu en turc
* Chicchirichi en italien
* Ky-ky-ri-ký en tchèque
* kuckeliku en suédois
* kokekoko en japonais
* Co Co Co en chinois
* Coucarékou en russe
* ' 'Kukuruyuk en indonésien

Le chant du coq est inné. NON SANS DEC'...

Enfin bref
En deux clics depuis la page wikipédia qui parle du coq, on peut se retrouver sur une page qui parle de pratiques sexuelles controversées. Et putain quelle classe quoi.

J'vous laisse, faut que j'aille finir de préparer le p'tit dej' de ma coloc' :D

lundi, août 3 2009

Adopte un guignol

On le sait tous, les temps ont changé. Il paraît que les hommes et les femmes ont maintenant les mêmes droits au sens large du terme, et c'est dans cette optique qu'un concept novateur à été lancé. Il semble être efficace, en tout cas en France, puisque tout le monde depuis les weblogs jusqu'aux chaînes de télévision nationales en cause en ce moment. Il s'agit d'Adopte un mec, un site de rencontre, fondamentalement différent donc, créé pour les femmes, dans lequel elles sont celles qui traitent les hommes comme des objets... gnagnagna.
Pour mieux comprendre le sus-cité concept, imaginez que le clitoris est un petit pois, qui porterait un manteau.

Bref on y fait de charmantes rencontres, en ce qui me concerne je n'ai rencontré que 2 messieurs en plus d'un an (et c'est un choix de ma part et c'est pas parce que je suis une pauvre merde. Non pas du tout pas du tout) et ils sont très charmants tous les deux donc je ne regrette pas un instant.

Oui mais avec toutes les conversations qu'on est amenées à entretenir avec des hommes qui tentent douloureusement de nous séduire de manière boîteuse sans même nous connaître, vous devinerez aisément qu'on en voit des vertes et des pas mûres.

Au-delà de ça, vous connaissez mon goût archi prononcé pour la moquaison, le moquationnement ou encore l'art de me moquer de tout le monde. Ainsi, je ris allègrement de tous les pauvres types qui pensent tout connaître des femmes et du monde, du haut de leur grand âge (22 ans en moyenne, haha), qui me parlent d'économie et de gouffre socio-politico-culturel-de-mon-cul, ou autres pratiques sexuelles marginales trop fun-lol, alors que je cherche uniquement à vérifier s'ils sont sains d'esprit et potentiellement des bons coups parce que, let's face it, je ne pense pas pouvoir trouver l'amour sur un site de rencontre, et surtout pas celui-là

Au détour de ces nombreuses conversations, j'ai donc fait la connaissance (virtuelle) d'un type qui fait toujours la corrélation entre un évènement quel qu'il soit (du sourire de la boulangère à la couleur des yeux du chien de ma grand-tante Marthe qui aime les cacahuètes) et les problèmes économiques et politiques de la France. Pour reprendre une citation d'un film que j'adore, "ce mec est persuadé que quand il pète il fait chuter la bourse". Or donc, ça m'énerve, j'ai horreur de ça, je déteste parler de politique avec des gens que je ne peux pas insulter, et je me suis un jour surprise à la clowner en lançant la phrase suivante, d'un air pincé : "Non mais de toute façon la levrette c'est mauvais pour l'économie Francaise"

Alors je vous le demande, cher lecteurs. Est-il vraiment possible de dire que la levrette et l'économie française soient étroitement liées et que cette pratique sexuelle influe à la baisse sur le CAC40 ?

Les lecteurs de mon blog que je n'ai pas ajouté à mes amis facebook auront un bonus de 2,5 points sur leur copie, car les autres ont reçu le sujet de l'examen hier soir
Devoir facultatif - Vous avez 10 minutes.
Cordialement bisous.

(Les autres peuvent commenter des conneries à leur habitude :*)

mardi, juillet 28 2009

Mais, que fait le Sultan devant une loi insultante ?

Le soleil brille, la température monte, et le wikend, pour se divertir et se muscler, nous allons à la piscine de plein air Nakache. Que soit dit en passant je ne recommande pas le dimanche. Soit.

Or donc, le dimanche, moins que le samedi, mais quand même; la piscine, ça grouille de beaux gosses (taillés en V, musclés et couvert de petites goutelettes, bref la totale du sex appeal). Et donc forcément, moi j'ai pas les yeux dans la poche. Donc, oui, je matte allègrement. Discrètement., mais habilement, et alors que j'accèlere quand je les suis et que je ralentis quand je les croise, je réalise que quand même, pour mater, le meilleur poste, c'est celui du maître nageur. Petit coquin cuila j'suis sure.

Et sinon pour continuer sur un sujet, lancé lors d'une conversation à la piscine, je sollicite l'avis des lecteurs de mon blog pour la question suivante:

Quel est l'intéret d'une branlette espagnole, en quoi est-ce agréable ?

Je décrète qu'à dater de ce jour la princesse aura le droit d'épouser l'homme qu'elle estimera digne d'elle.

Ce post n'a pas été écrit sous l'emprise d'une quelconque drogue, et pas non plus dans un quelconque intérêt. Le travail, ça me fatigue, et voilà ce qui arrive après.

Bon. Je vais manger.

lundi, juillet 13 2009

L'éco-responsabilité

Alors voilà, y avait longtemps que je ne m'étais pas arrachée pour me plaindre. Le jour est venu :D

En rentrant de Montpeul' avec ma maman et Cécilia on a parlé un peu d'éco-responsabilité... En fait on en a parlé beaucoup, et on s'est enflammé et tout. C'était cool.
Ca m'a inspiré un super gros coup de gueule... alors attention les yeux, je vais faire dire des trucs super méchants à des petits mots gentils qui n'ont rien demandé et qui ne voulaient qu'être des mots libres. En plus j'adore gueuler et ça fait trop du bien \o/

Par les temps qui courent on n'a pas fini d'en entendre parler, l'écologie est sur toutes les lèvres, et au cœur de tous les débats.

On trie nos déchets, on prend des douches moins longues plutôt que des bon bains brûlants, on paye des taxes supplémentaires pour l'éco-participation, on préfère les transports en commun ou le co-voiturage, on marche pour les trajets les moins longs...

Au début du mois de juillet de cette année, les autorités toulousaines ont décider de baisser la limitation de vitesse des dernières portion du périph' toulousain sur lesquelles on pouvait encore un peu se lâcher, de 110km/h à 90km/h sous couvert de raisons écologiques.
Personnellement, je trouve ça dommage, parce qu'a 90km/h on se traîne, surtout sur le périph', mais encore, si les raisons étaient vraiment celles qu'on prétend...

D'après le site du gouvernement, "les effets sur la qualité de l’air sont réels avec une baisse des émissions de 10 à 38 % selon les polluants. Par ailleurs, le trafic est plus fluide et le nombre d’accidents diminué."

Je n'ai hélas pas réussi à retrouver les chiffres exacts et dérisoires de la quantité de CO2 que cette mesure permet vraiment de ne pas rejeter dans notre atmosphère, mais j'ai par ailleurs appris que sur trois mois de limitation de vitesse, elle correspondait à la quantité de CO2 qu'émet un avion en 2 décollages, et 2 atterrissages. Quantité risible, donc, quand on sait que plusieurs dizaines d'avion partent de Toulouse chaque jour. (Et pour avoir bossé dans le dit aéroport, je peux certifier que la moitié d'entre eux sont LOIN d'être pleins quand ils s'envolent).

Alors je veux bien qu'il faille faire des gestes pour tenter de sauver notre environnement et l'air que l'on respire mais quand je lis des trucs comme ça, j'avoue faire trois fois le tour de ma culotte sans en toucher l'élastique.

Je me disais que si déjà on faisait décoller 10 avions de moins par jour, et par aéroport, on ferait atterrir 10 avions de moins par jour, et par aéroport.

Euh oui... mais surtout...
On préserverait la Terre d'une quantité de CO2 absolument hallucinante, mais ça ce serait mauvais pour l'économie, alors ça n'intéresse personne.

Finalement, je pense que ceux qui sont vraiment influents en ce qui concerne ce débat s'en tamponnent la pupille avec une patte de lama tétraplégique, et n'en parlent que parce que le sujet est très hype et qu'ils sont de sales hypocrites...
Et ma preuve ? C'est qu'ils se rendent à leurs super sommets du G8 et autres protocoles de Kyoto à bord de leur super jet privés qui coutent le montant du PIB de la Namibie multiplié par 12 et consomment l'équivalent de 300.000 voitures qui roulent un peu trop vite sur le periph' toulousain

Je pourrais parler longuement du sujet, des agriculteurs qui gaspillent allègrement l'eau parce qu'ils sont subventionnés par l'état pour planter des produits qui ne sont pas fait pour être cultivés dans notre climat, des industriels qui vendent quatorze mille fois plus chers des machins "verts" et autres produits "bio" que les gens sont prêts a payer le prix fort parce qu'ils ont l'impression de sauver la planète... mais je vais m'arrêter là.

Parce que sinon ça va chier.
Keur keur kikoulove les zamis.

mardi, juin 16 2009

Huh! Sait plus quoi faire.

La vie est faite de paradoxes... Quand j'ai créé ce blog, je croyais que pour l'alimenter fallait que je fasse plein de trucs, qu'il m'arrive des choses à chaque soirée, quel que soit le contexte ou l'endroit. Et là, je suis toute désemparée... Je passe ma vie avec mes petits z'amis (keur keur Karo spéciale dédicasse), je vis avec ma mère et son homme dans le trou du cul de la région mais je m'emmerde plus autant qu'avant, je sors, je sociabilise (mais si, j'vous jure !), j'vais bientôt m'installer avec la colocataire de la mort qui tue dans un super appart' bien grand qu'on va devoir retaper un peu niveau déco et que ça va claquer, j'ai deux chouettes boulots qui m'attendent pour cet été...

Bref, les activités et les projets ne manquent pas... Et...

Et j'ai plus rien à dire.
Alors voilà, je vais pas me forcer, je m'ennuie quand j'écris des notes, y a rien dont j'ai envie de me moquer en ce moment... Donc je vais faire une pause. Pareil je vais revenir après demain. J'imagine que tout ça reprendra quand on fera les sus-cités travaux dans l'appart' et qu'on vous montrera des photos...
Je sais pas.

En attendant je vais prendre le soleil et régresser en lisant des bouquins de quand j'étais ado.
79€ pour 9 livres, c'pas la crise pour tout le monde... La série du journal intime de G. Nicolson pour ceux que ça intéresse. Pitoyable, je sais, mais j'assume. C'est pas de ma faute, il est sorti un 9eme tome (notez la faute de retranscription sur le site de la Fnac, lol), vous comprendrez qu'il me le fallait. Non ? Tant pis.

Le 21 juin c'est l'anniversaire de ma maman d'amour, alors elle aura l'droit à son mot d'amour en binaire, et puis après on verra.

J'vais finir par une critique, quand même; n'allez pas voir Fais-moi plaisir, parce que oui, c'est un sombre vilain navet.

Voilà. Alors à bientôt.

lundi, mai 25 2009

Et maintenant ?

Et alors maintenant qu'est ce qu'on fait?
Nous sommes le lundi 25 mai, la faculté est bloquée depuis plus de 2 mois. Aujourd'hui, le blocage a été reconduit jusqu'a mardi prochain. Et mardi, il sera encore reconduit, et ainsi de suite. Les examens de 28.000 étudiants (rien que pour le Mirail) sont mis en standby.

Alors oui tout ce temps, ça me permet de réfléchir longuement à ce que je veux faire de ma vie, et je trouve pas beaucoup mieux qu'avant.
Voici les décisions que j'ai prises.
Vous me connaissez. Vous savez que rien n'est arrêté en ce qui concerne les décisions que je prends.

Donc :
Cet été, je deviens riche. Oui, je sais pas comment, oui en deux mois. Je mets ce que je peux de fric de coté et puis je m'achète un reflex numérique. Parce que. Et j'apprends à me faire des brushings aussi !
Cet été aussi, j'emménage avec C'. Rue de bzzz, idéalement. Mais rue de ailleurs de mieux, sinon. On n'est plus à un appart' chouette près.
Cet été je vais manger des carottes rapées. Non non, pas pour devenir aimable, mais parce que les carottes c'est trop bon.
L'année prochaine, je m'écris au SED (cours par correspondance, pour ceux qui ne suivent pas), pour passer mon L2 ou mon L3 suivant ce qu'il va advenir de nous dans les prochains jours.
Pendant ce temps, et j'aurais du temps, je bosse à temps partiel, quelque part. Je sais pas encore dans quelle boîte et j'apprends le néerlandais. En entier. Ca fera de moi une personne trilingue et demi.
Et pendant ce temps, je me renseigne pour partir a l'étranger, dans une école qui chie la classe, que je financerai avec l'argent que j'aurai gagné et pas dépensé parce que je serai sage, c'est mon dentiste qui l'a dit.

J'aimerais bien apprendre la basse aussi. Mais je sais pas ni comment ni pourquoi.
Et puis un mec pour décorer ma future nouvelle chambre de temps en temps ce serait pas mal non plus. Mais bon ça c'est accessoire.

Laotseu l'a dit, je vais galérer quand il va falloir que je reprenne ma vie en main.

mardi, mai 5 2009

Marley et moi. Ou plutôt, non en fait.

(ouelcome le tag "Ciné" *clap clap*)

Une fois n'est pas coutume, cet article ne parlera pas de consanguinité ou d'incapacité à lire, à comprendre un argument, ou pire, à y répondre.
Mais ça valait la peine d'essayer.

Or donc, comme je ne participe plus à nos super soirées parce que je suis l'ennemi public numéro 1, il faut bien que j'occupe mes nuits. Et donc, je regarde: DES FILMS ! Et hier soir, j'ai vu pour toi, public aimé : Marley & Me, comédie à deux balles pas trop dégueulasse, avec Owen Wilson et Jennifer Aniston. L'histoire d'un mec qui va offrir un chiot labrador à sa femme pour refréner ses éventuelles envies de gamin. Malin ? Y avait de l'idée, seulement voilà, c'était sans compter sur l'imagination débordante du toutou. Attention spoil : à la fin le chien meurt et à la fin j'ai pleuré. En fait j'ai pleuré tout le long.

Et oui j'ai l'air d'un monstre, mais non je n'en suis pas un. Derrière ma poitrine de rêve (lol) se cache effectivement un cœur d'artichaut. J'ai grandi avec un labrador, moi aussi, alors voir ce chien faire le genre de conneries qui on rythmé mon enfance ("Maman, Neptune à pété ta chaussure, tu sais, celle que t'aimais ?", "Maman ?? Neptune a explosé les coussins.", "Papa ! Neptune a pissé dans le conduit de la clim du club house !"), bin je m'attendris, et ça me rappelle à quel point j'ai aimé cette bestiole, et à quel point elle me manque. Et d'ailleurs, 5 ans après il m'arrive encore de la chercher quand je rentre chez moi. Rajoutez à ça les chats trépassés sur la route et vous comprenez pourquoi mon cœur est brisé.

Bref, le fait est que, mon père et sa blonde ont eu la riche idée d'acheter un nouveau labrador, une petite femelle, qu'ils ont appelé Emy (*vomit*) et qui est bien partie pour faire de leur vie en grand ramassis de mousse de coussin, de semelles de chaussures bien trop chères et de cacas qui puent. Donc, même si cette petite semble avoir du potentiel, je trouve ça horrible d'avoir acheté un ersatz de notre défunte chienne d'amour, j'ai décidé de ne pas l'aimer.

Alors, dans l'ordre, je dédie cette entrée à Taxi, Dropje, Pew, Kinder, Scully, Bernard, Pipette et Neptune. Pour avoir explosé mes godasses, pissé sur mon lit et provoqué d'horribles crises d'allergie, merci. Vous êtes géniaux, et je ne vous remplacerai jamais.

Vous l'aurez compris, je prends par la présente la décision de ménager mes sentiments, et de ne plus avoir d'animaux de compagnie chez moi. Enfin, à part des mecs je veux dire.

- page 1 de 2