Life's a Cherrÿ tale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, avril 16 2012

Présidentielles

J-6

Dans 6 jours il faudra voter pour un des 10 clowns qui se présentent pour la présidentielle française. C'est le deuxième présidentielle pour moi, et c'est différent d'il y a 5 ans, pour deux raisons.

La première, c'est qu'il y a 5 ans je venais d'avoir le droit de vote, je ne connaissais rien à la politique, j'avais pas vraiment de connaissances sur tout ce qui concerne l'ISF, les lois sur l'immigration, les 35 heures, les congés payés. J'avais bien quelques notions, mais c'était plutôt des faits historiques tout frais dans mon cerveau de bachelière. J'avais aussi quelques avis, quand même, l'esprit critique qu'on me connait n'est pas soudainement apparu à 20 ans... Mais je ne me sentais pas concernée, je considérais que je n'y comprenais rien et que je ne ressentais dès lors pas le besoin d'exprimer mon avis. Je me souviens que je disais "je vais laisser parler les gens qui savent de quoi ils parlent".

C'était une erreur de jugement, en y pensant, surtout quand on constate l'étendue de la culture socio-politico-francaise des gens (y compris la mienne). En définitive j'ai réalisé qu'on ne pouvait pas connaître tout sur tout (THAT IS BRAND NEW INFORMATION), et qu'il fallait, à défaut, essayer de donner son avis en fonction des questions qui nous concernent.

La deuxième différence c'est le recul que j'ai pris par rapport à tout ça, en ayant vécu et en vivant maintenant hors du territoire français. Le fait que je travaille dans un journal (et m'intéresse donc plus à l'actualité) y est peut être aussi pour quelque chose, toujours est-il que vue de loin cette campagne est RIDICULE. Un rebondissement après l'autre, une attaque après l'autre tout ceci ressemble à une vaste blague.

Je pense par exemple à l'ampleur qu'a pris l'affaire de "Momo" à Toulouse. Des grands malades qui commettent des crimes religieux ça arrive malheureusement souvent, mais la psychose qui a entouré cet évènement m'a amené à me poser pas mal de questions. A Toulouse, les gens avaient peur de sortir de chez eux, le gars a été taxé de terroriste, le plan vigipirate écarlate a été mis en place. Chacun des candidats s'est prononcé sur la question, un petit mot sur l'insécurité, un sur le racisme, un sur l'immigration pour les connasses qui font l'amalgame entre couleur de peau et nationalité. Call me crazy mais c'est quand même une belle coïncidence que le mec aie été abattu pile un mois avant le premier tour... Surprenant aussi qu'aux abords de chaque campagne, un drame de ce type là se produise (il existe de nombreux articles sur le sujet).

Sans même rentrer dans ce débat là, comme je ne baigne pas dans la propagande pour la présidentielle, n'ayant pas la télé française ou la presse française sous la main, je lis quand même beaucoup d'articles, je regarde des meetings, je regarde les télés des différents candidats... Force est de constater que cette campagne est de l'ordre de la cour de récré, à grand coups de rapportage et de "ouais mais moi je". Le niveau des débats a-t-il toujours été si pauvre ? Les préoccupations importantes sont elles toujours ignorées au profit du marketing et de l'image ?

Finalement je vais ptet faire cette année ce que j'aurais du faire il y a 5 ans. M'abstenir.

mardi, février 8 2011

Lettres d'insultes

Grisée par le tout récent achat d'un ouvrage tout particulier, dont je me demande à vrai dire s'il n'a pas été spécialement édité pour des connards dans mon genre, je m'en vais aujourd'hui vous recommander un petit livre, d'une 30aine de pages, qui mériterait vraiment d'en faire 300 de plus tellement il me fait me poiler. il s'agit de Lettres d'insultes, de John-Harvey Marwanny.

Est-il vraiment nécessaire de le décrire ? Je ne le crois pas

Morceaux choisis (mais brefs, parce que sinon vous n'aurez pas le plaisir de découvrir par vous même)

Si ca vous intéresse, je peux aussi vous envoyer un schéma permettant de réaliser un origami en forme de bite avec les brochures promotionnelles de votre putain de placement Placéo de mes deux - comme ça au mois, vous ne serez pas dépaysés quand vous vous les enfilerez dans le fion

Quelle déception lorsque ce matin, l'entraîneur d'haltérophilie de ma filer lui a expliqué que j'avais une chance sur 14 millions de gagner le gros lot a votre connerie de jeu chiasseux ! Une chance sur 14 millions ! Autant dire que j'ai plus de chances de me faire enculer par un castor pendant mon footing !

Franchement, si je m'écoutais je recopierais tout le bouquin, et en fait je n'ai pas mis là mes passages préférés mais seulement deux passages au pif, qui sont aussi drôles que le reste des lettres.
Vu le nom de l'auteur je fus toutefois dubitative. Je me suis surprise à penser que ces lettres n'ont pas été originalement rédigées en français. Par conséquent de quoi je m'empressai d'aller googler "John-Harvey Marwanny"... Et bien j'ai bien l'impression que si, c'est français, ou du moins francophone. Donc ben c'est cool. Ou alors je n'ai pas cherché assez loin. Ce qui est fort possible.

Très bientot, je vous ferai la joie, l'honneur, que dis-je l'extrème privilège, de poster ma propre lettre d'insulte. Qui sera vraisemblablement[1] adressée à mon collègue, qui à le don de me faire sortir de mes gonds à une vitesse proche de Mach 2[2].

ET OUI
JE SAIS QUE J'UTILISE UNE UNITÉ DE MESURE INAPPROPRIÉE OUI.

Oui j'ai demandé la police. Non je ne quitte pas.

Notes

[1] je sais jamais écrire ce mot du premier coup bordel de chiotte, pourquoi veux-je toujours rajouter un connard de C. FLUTE ET REFLUTE

[2] soit deux fois la vitesse du son pour ceux qui ne suivent pas. Non mais je ne suis pas la pour faire votre instruction. Cessez !

mercredi, octobre 6 2010

Pardon mais y a des auteurs des fois qu'il faut qu'ils mangent

Voilà.

Encore une super longue coupure. Encore une nouvelle réouverture. L'effet de surprise n'est plus là mais c'est pas grave. Une fois encore j'ai envie de faire dire des méchantes choses à ces petits mots qui n'ont rien demandé. Alors c'est bien simple. Soit je déverse ma merde ici, et je ne tape personne, soit je bloque cette énorme boule de nerfs que j'ai dans la gorge au risque de tuer quelqu'un dans les jours qui viennent.

Attention, ici je passe en mode journal intime d'adolescente énervée et ce texte n'aura d'intérêt que pour.. Euh... Moi.

Je suis bloquée entre deux eaux depuis plus de 4 mois, je panique, et je passe ma vie à gamberger, j'en arrive a un point ou je ne peux plus dormir la nuit tellement mes petits problèmes riquiqui de rien du tout de ma vie perso me causent du souci...

Alors tout cà c'est rien.
Alors j'ai pas le droit de la taper, elle m'a trop rien fait d'abord...
Alors, j'ai même pas le droit de lui dire qu'elle n'est qu'une pétasse, de traiter des gentils figurants de la sorte, parce que c'est tellement facile de décharger ses humeurs, son caractère de merde et ses responsabilités plutôt que d'assumer ce qu'on dit, ce qu'on est et ce qu'on pense.

Alors ma conasse tu ne liras jamais ce message, et c'est tant mieux... Mais quand même je te l'adresse, et j'aimerais un jour avoir l'occasion de te dire tout ca droit dans ta sale tête, en te regardant dans tes petits yeux plein de vide qui ne démontrent qu'à quel point tu es conne et sans intérêt. Je te conchie, je souhaite que l'on te traite un jour comme tu te permets de traiter les gens, et je te souhaite tout le mal que l'on peut décemment souhaiter à une femme bête comme toi. Parce que oui, on peut prendre les gens de haut autant qu'on veut, et c'est amusant que certaines personnes se le permettent alors qu'elle mesurent un mètre vingt (je précise que je ne parlais pas ici de largeur, encore que...), mais avoir de la hargne ne signifie pas toujours avoir de l'esprit.

Tu es une pauvre fille, et j'ai tellement hâte d'avoir l'autorisation de te le dire a voix haute qu'il m'a fallu trouver un lieu pour exprimer toute la haine et le mépris que j'ai envers toi.

Je terminerai cette note avec une citation qui m'est chère, d'un auteur qui m'est cher: Monsieur Boris Vian, qui a écrit une fois, et avec cette justesse que je lui admire :

C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde

mardi, mars 9 2010

De l'art de s'habiller comme un sac pour une fortune

Cette semaine se déroule un évènement absolument incontournable pour toutes les nanas qui ont de quoi s'offrir la dernière griffée Chanel ou Lagarfeld, en ce qui me concerne c'est surtout l'occasion idéale pour me moquer encore un peu plus de ce qu'il se fait d'affreux et cher chez les anorexiques j'ai nommé, la FASHION WEEK !

La première Fashion Week (semaine de la mode, pour les noobs) a été organisée à New York en 1943. L'évènement été alors tenu sous le nom de Press week (semaine de la ... Je vous l'donne Emile : PRESSE. Non parce que l'anglais c'est pas facile quand même). Elle avait été organisée pour détourner l'attention de la mode française (j'entends bien évidemment parisienne) pendant la 2nde guerre mondiale, vu que les gens ne pouvaient alors pas vraiment se rendre à Paris pour voir les dernières collections... Cet évènement n'était alors accessible qu'aux journalistes et pas aux acheteurs, et l'organisatrice, Eleanor Lambert, tendait à faire connaitre les stylistes américains, qui étaient complètement négligés par la presse. Suite à ce premier essai, qui fut une réussite, des magazines de mode tels que Vogue, qui débordaient d'habitude de créations françaises, ont augmenté leur intérêt pour les stylistes autochtones (mot compte triple). Les fashion Week les plus célèbres sont celles de New York, Londres, Milan et Paris, mais l'évènement s'est étendu à d'autres villes ou tout le monde a envie d'aller, telles que Beirut et Düsseldorf connue notamment pour sa moutarde et son boeuf mariné au vinaigre (miam miam).

Si vous aussi vous voulez savoir ce qui est trendy, et éviter à tout prix les fashion faux-pas tels que le port d'un soutif blanc sous un haut transparent noir, ou si vous voulez vous moquer des nanas qui défilent comme des bâtons coiffées de choucroutes colorées, surtout ne manquez pas cet évènement.

Défilé Hiver 2010/2011 - Vivienne Westwood.
Deux solutions... Ou, elle est visionnaire, ou c'est moche...

lundi, février 1 2010

ERRATUM

Héwi en fait parcours ça s'écrit jamais sans le s. Même sur internet, et même quand on est un gros radin bête. Tututtt... Pas professionnel tout ça :D

lundi, août 17 2009

Constat accablant

Cette nuit j'arrive pas à dormir, parce qu'il fait trop chaud. La nuit dernière c'était pareil, et depuis que j'ai plus de travail, je ne déploies pas de gros efforts pour dormir à heures régulières. Soit.

Mais justement, le fait que je ne dorme plus me permet de renouer contact avec mes vieux amis paranoïaques insomniaques, ces hommes et femmes, qui comme moi désespèrent la nuit parce qu'il n'ont rien à faire le jour. Je pourrais lire des bouquins et rédiger mes dossiers que je dois rendre le 31 aout me direz vous ? Oui, c'est juste, je pourrais... Mais ca n'a rien de très alléchant. Alors je constate des choses, et puis souvent je bade, c'est pour ça que je vais bientôt reprendre un rythme normal avant de replonger dans ma dépression de l'an dernier à la même époque.

Premier constat, j'ai rien à raconter. Ma vie n'est pas palpitante, ma peau à beau se brunir, et mes bras se remuscler, il ne m'arrive rien que je puisse vous relater ici qui serait susceptible de vous intéresser. Certains seront peut être contents d'apprendre que ma chambre est finie, et que j'ai investi les lieux... Mais sinon c'est tout.

Et le deuxième constat... Les hommes et les femmes peuvent être amis... Mais alors c'est compliqué. Et pourquoi ? Parce que les facteurs entrant en ligne de compte sont bien trop nombreux.
Énumérons quelques unes des raisons qui font que je ne peux pas être amie au sens propre (oui oui, propre) du terme.

Les sentiments passés : C'est le cas du mec avec qui il s'est déjà passé plus que de l'amitié... C'est bien simple. Il te plaisait, ou alors tu lui plaisais, et un beau jour tout ça a dérapé. Un baiser volé, une baise, un simple mot ou une jolie histoire d'amour. Bref, un truc. Et pouf ! Tout se complique, entre les allusions de l'un ou de l'autre, et les restes de sentiments (amour, jalousie, désir, dégout, tristesse, que sais-je) une relation amicale n'est pas viable. Pourquoi ? Eh bin parce que.

Les sentiments refoulés : Pas besoin de faire une longue explication, l'un ou l'autre des deux partis tait un désir ou un sentiment à l'égard de l'autre... Et c'est pas gérable.

L'incompatibilité : terme inapproprié, je sais. C'est le mec qui a une copine (pute). Ce cas et les deux précédents peuvent être confondus, et là c'est encore pire. Le mec qui a une copine tu peux pas être amie avec lui parce qu'il est soit trop occupé avec son amoureuse et donc il t'oublie (grand bien lui fasse, c'est beau l'amour toussa), soit il sort avec une jalouse qui prend la tête au moindre sms échangé. Ce cas est à mon sens un des plus frustrants... Parce que t'aurais pu y croire... Eh ben non.

Alors bien sur, y en a d'autres hein... Bref tout ça pour dire que je suis fatiguée de me débattre et d'arriver jamais à rien.
Ou alors voilà, c'est moi qui suis entourée de pauvre types. Mais ça commence à bien me faire chier.

Ouais je vous ai dit. Quand je dors pas je bade.
A bientôt mes chéris. On se reverra quand j'aurai dormi.

lundi, juillet 13 2009

L'éco-responsabilité

Alors voilà, y avait longtemps que je ne m'étais pas arrachée pour me plaindre. Le jour est venu :D

En rentrant de Montpeul' avec ma maman et Cécilia on a parlé un peu d'éco-responsabilité... En fait on en a parlé beaucoup, et on s'est enflammé et tout. C'était cool.
Ca m'a inspiré un super gros coup de gueule... alors attention les yeux, je vais faire dire des trucs super méchants à des petits mots gentils qui n'ont rien demandé et qui ne voulaient qu'être des mots libres. En plus j'adore gueuler et ça fait trop du bien \o/

Par les temps qui courent on n'a pas fini d'en entendre parler, l'écologie est sur toutes les lèvres, et au cœur de tous les débats.

On trie nos déchets, on prend des douches moins longues plutôt que des bon bains brûlants, on paye des taxes supplémentaires pour l'éco-participation, on préfère les transports en commun ou le co-voiturage, on marche pour les trajets les moins longs...

Au début du mois de juillet de cette année, les autorités toulousaines ont décider de baisser la limitation de vitesse des dernières portion du périph' toulousain sur lesquelles on pouvait encore un peu se lâcher, de 110km/h à 90km/h sous couvert de raisons écologiques.
Personnellement, je trouve ça dommage, parce qu'a 90km/h on se traîne, surtout sur le périph', mais encore, si les raisons étaient vraiment celles qu'on prétend...

D'après le site du gouvernement, "les effets sur la qualité de l’air sont réels avec une baisse des émissions de 10 à 38 % selon les polluants. Par ailleurs, le trafic est plus fluide et le nombre d’accidents diminué."

Je n'ai hélas pas réussi à retrouver les chiffres exacts et dérisoires de la quantité de CO2 que cette mesure permet vraiment de ne pas rejeter dans notre atmosphère, mais j'ai par ailleurs appris que sur trois mois de limitation de vitesse, elle correspondait à la quantité de CO2 qu'émet un avion en 2 décollages, et 2 atterrissages. Quantité risible, donc, quand on sait que plusieurs dizaines d'avion partent de Toulouse chaque jour. (Et pour avoir bossé dans le dit aéroport, je peux certifier que la moitié d'entre eux sont LOIN d'être pleins quand ils s'envolent).

Alors je veux bien qu'il faille faire des gestes pour tenter de sauver notre environnement et l'air que l'on respire mais quand je lis des trucs comme ça, j'avoue faire trois fois le tour de ma culotte sans en toucher l'élastique.

Je me disais que si déjà on faisait décoller 10 avions de moins par jour, et par aéroport, on ferait atterrir 10 avions de moins par jour, et par aéroport.

Euh oui... mais surtout...
On préserverait la Terre d'une quantité de CO2 absolument hallucinante, mais ça ce serait mauvais pour l'économie, alors ça n'intéresse personne.

Finalement, je pense que ceux qui sont vraiment influents en ce qui concerne ce débat s'en tamponnent la pupille avec une patte de lama tétraplégique, et n'en parlent que parce que le sujet est très hype et qu'ils sont de sales hypocrites...
Et ma preuve ? C'est qu'ils se rendent à leurs super sommets du G8 et autres protocoles de Kyoto à bord de leur super jet privés qui coutent le montant du PIB de la Namibie multiplié par 12 et consomment l'équivalent de 300.000 voitures qui roulent un peu trop vite sur le periph' toulousain

Je pourrais parler longuement du sujet, des agriculteurs qui gaspillent allègrement l'eau parce qu'ils sont subventionnés par l'état pour planter des produits qui ne sont pas fait pour être cultivés dans notre climat, des industriels qui vendent quatorze mille fois plus chers des machins "verts" et autres produits "bio" que les gens sont prêts a payer le prix fort parce qu'ils ont l'impression de sauver la planète... mais je vais m'arrêter là.

Parce que sinon ça va chier.
Keur keur kikoulove les zamis.

lundi, juillet 6 2009

Les cycles féminins.

Chers lecteurs, cet article s'adresse à vous !
Je ne vous écris pas aujourd'hui pour vous parler de la nouvelle gamme de vélos pour femme féminins de chez décathlon.
Non pas du tout pas du tout. Si je vous écris aujourd'hui, c'est en tant que femme caractérielle dont les humeurs varient en fonction de nombreuses données. Et je souhaite vous aider, messieurs, à mieux comprendre quelques unes des raisons pour lesquelles nous sommes fréquemment de mauvais poil.

1/ Le cycle hormonal

A priori, n'importe quel homme aillant eu affaire à une femme pendant plus d'un mois (sa mère, sa soeur, sa tatie, whatever...) est plus ou moins au courant de comment ça se passe. Et en plus, on nous l'a tous expliqué au collège. Je parle évidemment du cycle menstruel. Et oui, messieurs, à J-1 on à nos règles, à J-14 on ovule bla bla bla.
Oui mais pendant TOUT le mois, je dis bien TOUT le mois, on a des putes d'hormones qui nous détraquent.
Alors voilà, si on est chiantes tout le mois, c'est pas TOUJOURS à cause des hormones. On va simplifier. On est chiantes quand on ovule, et on est chiantes une semaine avant nos règles et puis pendant nos règles (durée qui je le rappelle varie entre 2 et 10 jours pour celles qui n'ont pas de chance).

2/ Le cycle lunaire.

Super simple.
On est chiantes à la pleine lune (mais ça c'est pas que les nanas, c'est les mecs aussi).

Bon et alors à ces deux données fixes (il suffit de compter) il faut rajouter les données variables. Je pense notamment a la date à laquelle on a fait l'amour pour la dernière fois, à cette jupe qu'on a acheté l'an dernier dont la fermeture veut pas se fermer en entier, au fric qu'on a (et surtout celui qu'on n'a pas) sur notre compte, à nos ex qui nous téléphonent pile au moment ou on n'a pas envie d'entendre parler d'eux. Et j'en passe et des meilleures.

Heureusement pour nous, y a toujours un bucket de chez KFC pour nous remettre de bonne humeur.
Cécilia je t'aime.

Et sinon, en parlant de mauvaise humeur, tout notre plancher est poncé, reste à le vitrifier...
L'inauguration approche petit à petit. On va la pendre, cette pute de crémière.

mardi, juin 2 2009

Une nouvelle mise à jour ?

Une fois n'est pas coutume, cet article ne parlera pas d'une de mes super aventures trop kikoulol de la laïfe, mais plutôt de mon petit train train (de merde) et de quelques trucs plus ou moins importants. Bref j'ai envie de raconter ma vie voilà, après tout c'est mon blog, j'ai pas à me justifier.

Or donc. Je vais commencer par annoncer à LolO, qu'elle a signé le 200e commentaire de mon blog.
Puisque je parlais de chiffres la dernière fois, ceci est mon 54ème billet, donc 200 commentaires pour 53 billets (celui là il compte pas encore), je vous laisse faire une moyenne. C'est facile. Ca fait plaisir un peu quand même. Enfin moi il m'en faut peu.

J'en profite pour glisser un message à caractère fort personnel à Eloïse. Tu me manques de tout mon coeur, et je t'aime fort. Rien n'est plus pareil sans toi, c'est même moisi. Et tu me manques, et les éjacs faciales au McDo ont disparues avec ton départ. Bref reviens. S'il te plait.
Et au fait, compte tenu des évènements, je sais pas si je vais pouvoir poutrer mon second semestre comme convenu... J'espère que tu vas quand même continuer à m'aimer un peu.

Après. J'ai décidé d'arrêter la fiction du mec au billard et de livrer moi même la fin de l'intrigue. Le mec dont il est question a un prénom qui m'est toujours inconnu. Et pour cause, je m'en fous. Il se trouve qu'il a effectivement joué une fois à la table à coté de la notre, qu'il a effectivement allègrement maté les seins (parfaits) de Cécilia, ainsi que tenté (vainement) de réussir des jolis coups pour nous impressionner. La fin de l'histoire c'est qu'il a joué alors que j'étais penchée sur la table (derrière lui, donc), que j'ai pris sa queue (de billard) entre les fesses, et que ça l'a fort amusé, puisqu'il a agrémenté la fin de notre soirée par de nombreux sourires lubriques et non moins dégoutants. Et en fait les sourires de vieux/gros/moches/chauves/dégoutants à priori je m'en cogne, donc j'ai décidé d'en faire un bouquin, mais finalement en fait non.
Ouais, tout ça pour ça, je sais.

Ensuite, j'ai appris à jouer au tarot. Je peaufine ma technique, c'est à dire que j'apprends à compter les pions que je donne à la fin, parce que OUI, je perds tout le temps.
J'ai trouvé quelqu'un pour me prêter une guitare basse (pourrie d'après ses dires) comme ça je vais pouvoir me sortir les doigts pour pouvoir faire du bruit et devenir progressivement un super sex-symbol de rock'&'roll star.
J'ai pris des coups de soleil monstrueux... Et maintenant je suis toute brune.
Dans ma voiture, j'écoute Shaka Ponk à fond dans mes zoreilles. (cliquez les coupains, c'est du son qui déchire sa race)
Je vais faire des enquêtes de satisfaction à la Fnac Labège de demain matin (tout à l'heure en fait) à jeudi (10h30-18h30 si quelqu'un à envie de répondre à des questions).

Bon et puis après... La routine. J'suis allée au ciné, voir Vincent Elbaz lors d'une avant-première, entre autre. Il est beau, mais il sue.
"Quelque chose à te dire" divertissant mais pas génial, mais bien quand même,
"Confessions d'une accro au shopping" en VF= la mort, mais sinon c'est rigolo,
"Tellement proches" avec Vincent Elbaz donc, et pour les avertis, par le réalisateur de "Nos jours heureux" très jolie comédie française... (sortie le 17 juin)
Y en a d'autres. C'est sûr, mais je suis pas critique ciné, et ce malgré mon goût prononcé pour les salles obscures et la critique facile (surtout)

Enfin, toutes mes felicitations à Ludi et Karo pour leur nominations. Vous avez très bien suc propagandé !

Très morose tout ça. Dès que je m'amuserai je vous le dira et nous nous en allerons.

J'aimerais finir cette joyeuse note par une affirmation.
La javel ça pue et ça détruit la langue et les lèvres.

Oui, j'ai eu l'occasion d'en boire, mais j'ai pas avalé.

jeudi, mai 14 2009

L'entreprise clandestine la mieux planquée.

Le rythme dans ce blog laisse clairement à désirer... Je fais de mon mieux, mais c'est pas toujours facile à gérer tout ça.
Le mois de mai est clairement le mois de la sociabilité... Je vois des coupains, de la famille, encore des copains, d'autre famille. Bref. Le fait est que, le wikend dernier il m'est arrivé quelque chose ! Je suis allée au mariage d'une amie à moi, à Bayonne.

Je pourrais me plaindre longuement de plusieurs choses, la nana qui m'hébergeait, la météo pourrie, la playlist de merde... Ou le reste mais non, aujourd'hui j'ai décidé de me plaindre d'autre chose.

Comme je vous le disais, j'ai assisté à un mariage, et donc, après le super passage éclair à la mairie, on a passé une heure à l'église. Et dans mon cas, à subir les prières que je ne connais pas et auxquelles je refuse de participer, à me lever et me rasseoir avec mes 8 cm de talons toutes les secondes et demi tout en écoutant la chorale de l'église chanter Alléluia au seigneur...

Et voilà, ce qui m'a le plus plu. J'ai encore été forcée, oui FORCEE !!! de participer à la quête...
Avant d'entrer dans l'église, on m'a demandé si j'avais de la monnaie... J'en avais un peu, coincée entre mon mascara et mon appareil photo... Mais bon il était hors de question qu'ils aillent à l'Église. N'étant pas croyante du tout, je leur ai expliqué que je ne participais pas. Point.

Or donc, lors de la sus-citée quête... Des gens m'ont tendu des pièces. Genre tiens pauvre fille même pas baptisée donne une pièce au monsieur. Et j'ai failli péter un cable.

Bref voilà. Cet article n'a effectivement pas un grand intérêt, sinon que j'ai encore constaté à quel point l'Eglise était une industrie planquée, a croire que la Bible à été écrite, ou au moins traduite, pour soutirer du fric au gens crédules et en mal d'espoir.

Sinon, bien plus utile, c'est l'annif de Macha aujourd'hui.
Joyeux anniversaire jolie princesse. Je te souhaite plein plein de belles choses, de mecs au Charleston ou ailleurs.
Et puis tout ce dont tu as envie, c'est ma tournée.

mardi, mars 31 2009

Petite leçon d'insertion

Cet article, malgré son titre quelque peu évocateur ne parlera des différentes manière d'insérer une fitte dans une fatte, bien que nous sachions toutes que certains messieurs pourraient en avoir besoin...

NON NON NON !

Cet article parlera du fait que sur le périphérique les gens conduisent comme des putains de manches et mettent à chaque instant la vie des gens (et la leur aussi) en danger.

Alors voilà... J'avais envie de faire un petit rappel.

La voie d'insertion est la voie qui permet de rentrer sur le périphérique. Le périphérique, qui comme le code le stipule (bon, pas au mot près hein) est une route de 2*2 voies (ou plus) séparées par un terre plein, sur laquelle on peut circuler à 110km/h (à 90km/h à Toulouse). Anyway. La voie d'insertion, le plus souvent située à droite, elle est aussi appelée voie d'accélération, et elle permet deux choses :

- Premièrement, une accélération. C'est dans cette voie que l'on accélère pour pouvoir rentrer sur le périph à une vitesse suffisante pour ne pas gêner les conducteurs engagés.
- Deuxièmement déboîter à gauche pour pouvoir s'insérer sur le périph'. Ouais, comme dans insertion quoi... super original, bravo le code !

Alors voilà, moi ça me paraît évident, apparemment c'est pas la même pour tout le monde, mais le concept c'est effectivement accélération puis insertion.

Ainsi, il ne s'agit donc pas de déboiter à 40 km/h alors qu'on est suivi de très près par quelqu'un qui roule normalement.
Eh oui, une voie d'insertion ça s'utilise jusqu'au bout.

Bande de MOULES !

Une prochaine fois, je vous expliquerai peut-être pourquoi vous dérangez quand vous roulez sur la voie du milieu alors que vous êtes à 70 et qu'on vous double par les deux côtés (toujours pas d'allusion) ou pourquoi c'est dangereux de freiner au dernier moment (particulièrement sur le périph', ou quand on n'a plus de feux stop)



=====================

  • Everlong, tu es mort ?

Je n'sais toujours pas qui tu es....

lundi, mars 23 2009

Activité blogesque ralentie

Chers lecteurs.
Je vous écris pour vous annoncer une bien triste nouvelle.
Vivant dorénavant chez ma mère, dépourvue d'accès internet digne de ce nom, je vais être en difficulté pour ce qui concerne la publication d'articles sur mon blog.

Parlons vite fait de l'accès internet dont ma mère dispose: UN MODEM.
Modem qui, pour tous ceux qui ont oublié comment c'était avant, se connecte quand IL le décide, après 5 bonnes minutes de TUuuUUuT tututututut titituttut (temps appelé "numérotation"), de manière fort aléatoire et ce pour pouvoir jouir de:

L'internet en : 26.8K ...

Vous connaissez tous ma patience légendaire, ou même pour les plus courageux ma légendaire patience... aussi, vous aurez compris que je risque de me faire désirer un peu plus que d'habitude.

Fort heureusement pour vous, une chaîne de restaurants dont la qualité gastronomique n'est plus à démontrer, j'ai nommé Mc Dnalds, permet à tous les pauvres geeks en mal de connexion de bénéficier d'un accès wifi pas trop dégueu... Donc mes amis, je ne vous oublie pas.

Cette nouvelle prend effet dès la publication de cet article, et même avant, pour ceux qui suivent, et ce jusqu'à nouvel ordre, à priori pas tout de suite compte tenu du fait que mon banquier ne m'a toujours pas confisqué ma CB... Et que mon autorisation de découvert est de 200€.

Et voilà.
Je vous aime, certain plus que d'autres.

Je vous met en pièce joint la liste des courses, pour ceux qui suivent:

Un ordinateur portable potable
Un iPod Touch 16 Go (non volé, merci)
Un accès correct à internet
Un starbuck au caramel avec plein de chantilly mais pas de café

What else ?

mardi, mars 3 2009

Lily Allen

Je viens juste d'écouter le nouvel album de Lily Allen, la scandaleuse.
Bon si j'écris un post la dessus, c'est que j'ai un truc à redire, vous vous en doutez... Globalement, à la première écoute, l'album m'a fait chier... C'était un peu trop tout pareil à mon sens... Mais bon, comme je viens de vous le dire, si j'écris ce post, c'est pas pour dire que cet album est pourri, non je ne me permettrais pas.

Enfin si, je pourrais me permettre, mais c'est pas ce que je vais faire cette fois.

Je vous écris pour vous faire part d'une similitude que j'ai trouvé entre le premier album (Alright, Still) et le deuxième (It's Not Me, It's You).
Alors voilà. On peut être une bombasse, être pétée de thunes passer son mois de décembre topless dans je ne sais trop quelle île très prisée, porter des robes de chez Dior... ET : avoir des expériences sexuelles désastreuses...

Alors oui, me direz-vous... c'est pas parce qu'elle chante des trucs que ça veut dire qu'elle les vit... Mais moi en tout cas je le prends comme ça, et je dédicace cet article à mes keupines, qui comme moi, et comme tant d'autres se sont retrouvés au pieu avec le mec rêvé, qui n'a pas assuré du tout, qui ne s'occupait que de lui, ou qui n'avait pas ce qu'il fallait dans le caleçon.

Les preuves, en musique s'il vous plait :
Not Big (Alright, Still)
Not Fair (It's Not Me, It's You)

On souhaite la bienvenue a un super tag très original que je me demande comment ça s'fait qu'il existait pas déjà : Sex ! Et puis un autre : Music !

Et sinon, ouais, Deux articles en moins de 24 heures !
On applaudit :D

jeudi, février 26 2009

Damoizelle en détresse

C'est le cœur en peine que je viens vous informer du décès de mon laptop, qui non content d'être beau et aimant, était quand même super pratique...

Je traverse en ce moment une phase de mort geekale, entre mon iPod Touch volé, mon ordinateur mort et mon appareil photo que je rêve de changer...
J'ai trouvé une âme plus que charitable, qui m'a offert un iPod (nano chroma, pour les experts) (merci encore). On sait jamais, sur un malentendu, si quelqu'un veut m'offrir un ordinateur.
J'ai une préférence certaine pour les laptops mignons et performants, et je déteste les mini trucs là. C'est pas la taille qui compte, je sais...

Enfin bref. Je ferai pas la difficile. Si j'ai un admirateur anonyme (et riche) c'est le moment de se faire connaître, d'autant plus que sans ordi je vais avoir du mal à alimenter ce blog.
Juste au cas ou, sachez que si vous ne savez pas quel modèle choisir, ou si vous ne pouvez pas payer la totalité du prix d'un ordi, je peux également vous communiquer par mail mes coordonnées bancaires pour que vous puissiez faire un virement.
Bref, on s'arrange, mais tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Voila. Je suis donc en deuil...

lundi, février 23 2009

Je lui dirai les yeux noirs. Les yeux qu'on dit avec la poire


Je vais commencer ce post en m'excusant pour la piètre qualité de la rime...
On le sait que je suis pas la reine du titre approprié...

Anyway
La couleur des yeux est principalement déterminée par la quantité et le type de pigments présents dans l'iris de l'œil. Les humains comme les animaux présentent de nombreuses variations phénotypiques relatives à la couleur des yeux. C'est un caractère héréditaire influencé par plus d'un gène et c'est la variation de la teneur en mélanine de l'épithélium pigmentaire de l'iris, de la teneur en mélanine du stroma irien, et la densité cellulaire du stroma irien qui contribuent à la couleur d'un oeil.

Comme ça le sujet est maîtrisé de tous... Merci wiki.

Encore hier soir je me faisais la réflexion, les yeux bleus, c'est fadasse, et j'aurai filé mon royaume pour des yeux noirs qui font peur.

Et ouais. Parce que tu vois, (public), les yeux bleus c'est pour les gentils, qui font des sourires, les filles douées en amour, ce genre de conneries. Et moi je suis pas comme ça ! J'suis une méchante, je fais que d'me plaindre et de dire des gros mots, d'envoyer les gens à la pêche et de me moquer.

C'est pas bien, oui je sais, mais si j'avais fait tout ça avec les yeux noirs, bin non seulement j'aurai été gratuitement méchante, mais en plus je l'aurai porté sur mon visage.

Ca aurait été un peu comme prévenir les gens. "Attention à ton cul mon loulou, cette nana là elle est sanguine, elle aime foutre la merde..."

Et j'aurais kiffé. voilà.

Mais non, mes yeux sont bleus, mon visage est doux.
Et moi pas.
Et c'est comme ça... La vie est mal faite.

Apprécie l'inutilité de ce post...

samedi, février 14 2009

La compote c'est comme la culture

Petit message privé, à l'attention de Céci: je crois que je vais pouvoir rebaptiser mon blog à ton nom, vu que tu es la seule lectrice...
Ou bien fermer le blog, vu que je te raconte tout en live...

Enfin bref...

C'est lors de mes diverses démarches administratives que j'ai (re)pris conscience du fait qu'au rectorat, avait que des cons...
En vous passant les détails j'avais besoin d'un papier qu'ils n'ont pas voulu me fournir, soit. Chacun sa vie ils avaient surement de très bonnes raisons pour me prendre la tête (Rupture de papier, panne d'imprimante, panne de cerveau, que sais-je)

Et donc, lors d'un mail que j'ai reçu rapport à ce papier, on m'a fait prendre conscience de la racine commune aux deux mots "rectum" et "rectorat"

Anyway, je vais laisser l'auteur de cette remarque dans l'anonymat, toujours est-il que voici ma réponse au sus-cité mail.
Rappelons que je suis une ancienne latiniste. Mme R. si vous passez par là, je ne vous oublierai jamais, et pitié, pitié ne prenez pas ceci au premier degré.
Ah, et Mme R., j'ai aussi tout oublié. Les déclinaisons, la conjugaison, les mots, la version, le thème... TOUT !
Mais j'vous adorais.
(Quelles sont les chances pour que ma prof de latin de l'époque passe un jour sur ce blog, non mais franchement ??)

Alors oui, effectivement rectorat et rectum on une racine en commun rect.
Et ça veut dire merde, en fait.
C'est pour ça que ton rectum il te sert a faire caca, que le recteur il t'emmerde et que quand tu vas au rectorat, bin ça t'fait chier :D

Voilà, voilà.
C'était l'instant culturel.

Pour briller en société, quand vous avez peur, rectez-vous dessus

On accueille deux nouveaux tags, qui risquent de me servir beaucoup, étant donné mon manque d'imagination... Faîtes une ovation à : KiKouL0L et WTF !!
(Ouais, chez Cherrÿflower Inc., on kiffe les acronymes)

jeudi, février 5 2009

Debriefing Paris - Bruxelles

Voilà alors je suis revenue de Paris et de Bruxelles ou j'ai passé la semaine dernière... Pour ceux qui savent, j'ai pas eu le job (de toute façon c'est un peu des tortionnaires), pour les autres tant pis.
Séjour très riche en émotions et qui m'a permis de voir encore une fois à quel point ma vie peut être chiante quand je pensais avoir déjà touché le fond.
Enfin soit, il parait que tout ça est cyclique. Donc bin vivement le prochain cycle hein merci.

I/ Paris

Alors voilà, je l'ai mauvaise.

Je suis pas réfractaire à cette ville par définition. Je suis une plouc de provinciale qui s'amuse a se perdre dans Paris parce qu'elle regarde pas les panneaux, qui par conséquent fait un trajet de 1h30 là ou elle n'aurait mis que 20 minutes si elle avait tracé tout droit... Qui perd ses tickets de métro et en utilise un nouveau à chaque station au lieu de gruger, comme tout le monde... Bref, c'est clair que génétiquement, je suis pas faite pour La Ville. Mais je partais pas avec un à priori...

OUAIS MAIS FRANCHEMENT les parisiens, bin j'ai du mal... !

Je ne m'étendrais pas plus longtemps sur le sujet... ça sert à rien.
Si les gens font la gueule, sont indécis, répondent à un bonjour enjoué par une moue étonnée, ne savent pas prendre de décision en moins de 20 minutes, et payent une pauvre piña colada la belle somme de 9€... Ne cherchez plus, vous êtes à Paris.

(Merci Raf')

II/Bruxelles

Rien à dire. J'aime toujours autant cette ville.
Sauf que je n'ai plus d'iPod, ni de portefeuille... Mon iPod il était bien...
Bon bin c'est comme ça.
Je retiendrai tout de même un certain nombre de choses...

Je n'aime pas les sushis, ça c'est sûr, j'aime les gaufres de Liège, (et par conséquent j'achèterai un gaufrier de la mort qui tue dès que j'aurais de nouveau un peu d'argent), il y a des personnes qui réchauffent le cœur mais pas toujours celles qu'on croit, et des gens dont on rêve mais qui ne valent la peine de pas grand chose, finalement.
Je dirais pour finir, que les promesses n'engagent que ceux qui y croient, et que j'ai hâte de revenir.

(Merci Hemm')

Restez connectés, parce que bientôt je serai ptet de nouveau de bonne humeur (En fait j'ai pas le moindre doute à ce sujet)

De toute façon, tout me saoule en ce moment...
"Comme quoi une femme sans amour c'est comme une fleur sans soleil... Ca dépérit."(Le Fabuleux Destin d'Amélie. Poulain)

lundi, janvier 5 2009

Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Aujourd'hui j'ai beaucoup ri quand Simon, qui était au collège avec moi, et qui habite le lotissement en face de la maison où j'ai grandis, m'a klaxonnée alors que je traversais la rue.

Ce mec là a passé sa vie à se foutre de ma gueule, quand j'étais gamine.
Aujourd'hui, il mesure 1m60, comme quand on était au collège, il écoute de la techno, à fond dans sa Golf tunée, et il me klaxonne quand je traverse. Et moi, bin je trouve que ma petite vengeance à véritablement un goût délicieux.

Alors je vous ai souhaité une bonne année. Maintenant il est grand temps de reprendre une activité normale.
La suite de ma petite fiction est en cours d'écriture, j'ai pas envie de putasser à nouveau sur les conasses de chez Air France, parce que ça ferait réchauffé, donc on s'en passera mais je n'en pense pas moins. En parlant de Air France j'ai mon entretien pour être PCB cet été en Février, les partiels que je n'ai pas bossés qui approchent ("j'pourrais faire péter des têtes"), j'attends un e-mail qui pourrait changer le cours de ma vie, je déménage...

Bref je devrais pouvoir trouver de quoi écrire pour ravir vos petites mirettes. Ou pas.

Ca m'a manqué.

dimanche, décembre 7 2008

Cher Journal.

Aujourd'hui j'écris un article parce que j'espère que vous attendez impatiemment la suite de ma fiction...
Et que comme j'ai décidé que j'aimais vous garder un peu en haleine, eh bien ce sera pas pour tout de suite.
La suite est en cours d'écriture.
('tain je comprends pourquoi elle a mis 15 plombes à les sortir les 7 volumes, la nana d'Harry Potter, c'est parce que c'est kiffant, les gens dans l'expectative)

Je vous écris aussi pour vous raconter qu'en Belgique il pleut, mais ça c'est de notoriété "commune".

Donc en fait je vous écris simplement pour ...

Bah pour rien en fait.

Bisous mouillés sous la pluie de Bruxelles.

lundi, décembre 1 2008

Fiction - Part 4

Mais quel boulet ce Michel ! Il fait des bons coups sans le faire exprès !
Oh putain la brune elle regarde. C'est mon heure de gloire. Inspire, expire...

Merde ! Fausse queue.
Apparemment elle m'a pas vu, elle glousse avec la blonde.
Attendez...
Je....
Je suis pas sûr de ce que je vois...
Je crois qu'elles se battent le tabouret ??

- page 1 de 2